COP12: Le Maroc souligne le rôle des approches fondées sur la gestion durable des terres dans la lutte contre le changement climatique

 

Le Maroc a présidé le mardi 20 octobre à Ankara en Turquie un débat sur le renforcement de la résilience des communautés locales et des écosystèmes, et du rôle des approches fondées sur la gestion durable des terres dans la lutte contre le changement climatique.

 

La 12ème session de la Conférence des Parties de la Convention des Nations unies sur la Lutte contre la Désertification, se déroule actuellement et pendant deux semaines (du 12 au 23 octobre 2015) à Ankara. Il s’agit d’une échéance cruciale qui intervient entre deux événements internationaux de grande importance pour l’environnement et l’avenir de notre planète : l’adoption du nouvel agenda post 2015 en septembre 2015 et la Conférence des Parties sur les Changements Climatiques prévue en décembre 2015.

La deuxième semaine de la COP12 a été marquée par l’organisation d’un segment de haut niveau où la participation des ministres et chefs de délégation des 195 Pays Parties à la CNULCD, dont le Maroc, apportera soutien et élan politiques aux négociations et délibérations de la COP12. Après la cérémonie d’ouverture de ce segment de haut niveau, un débat ministériel spécial de la COP12 a permis de stimuler la participation des parties prenantes dans les processus de mise en œuvre de la CNULCD. Pendant ce débat, trois tables rondes ministérielles ont été organisées en parallèle.

Le Maroc, en tant que pays du Sud de la Méditerranée, a été choisi pour conduire le débat autour de l’une des questions stratégiques sur lesquelles les négociations de la COP12 doivent progresser. Il s’agit du rôle des approches fondées sur la gestion durable des terres dans la lutte contre le changement climatique et le renforcement de la résilience des communautés locales et des écosystèmes. Cette question a été abordée dans le cadre de la table ronde 3.

Le Haut-Commissaire aux Eaux et à la Lutte contre la Désertification, Dr. Abdeladim L’Hafi, Chef de la Délégation Marocaine, a assuré la présidence de la table ronde. L’une des conclusions communes ressortant de ce débat ministériel est que la dégradation des terres et le changement climatique sont les deux faces indissociables d’une commune préoccupation environnementale à l’échelle mondiale. Les approches fondées sur la gestion durable des terres constituent la voie incontournable pour inverser la tendance de dégradation et renforcer la résilience, la communauté internationale améliorerait la sécurité alimentaire tout en réduisant parallèlement les émissions de carbone jusqu’à 30 % et en assurant la pérennisation des services écosystémiques vitaux. Comme nous approchons les négociations finales pour un nouvel accord sur le climat à Paris à la fin de l’année, le rôle des terres doit faire partie intégrante dans ce nouvel accord.

L’occasion a été saisie également par la délégation marocaine pour mettre en avant et partager l’expérience du Maroc en matière de lutte contre la dégradation des terres notamment, aussi bien en terme de vision stratégique visant à considérer le territoire avec toutes ses composantes notamment social comme une unité de base pour la planification intégrée, qu’ à travers la mise en place de son nouveau plan stratégique de gestion durable des terres, qui constitue désormais le nouveau cadre de référence de l’action de développement au niveau territorial.

 

397dbb04-b6bf-4934-8233-b04e6431fc3e

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

forestiers

Cédraie et forestiers: rien ne va plus!

Face à une transition administrative qui s’éternise et une direction tricéphale, les forestiers du Royaume …

Prédire l’impact du changement climatique sur la biodiversité afro-arabe (étude)

Selon des recherches récentes, la biodiversité de la région afro-arabe est très vulnérable aux changements …

3 commentaires

  1. Avatar

    Le Maroc ne fait que parler, dsl!

  2. Avatar

    OUAH , le Maroc qui s intéresse au changement climatique , je suis médusé !!!

  3. Avatar

    COP12 ?? COCOVERYNUT14! CACA&HUETES18 COUCOU&CO56

    CNULCD ?? GLUBD GLAPP GLOPP GLUBPS

    oh là là tant et tant de tables rondes subventionnées en ronds de cuir technocratiques alors que tourne de désespoir la terre en tant et tant de

    ""….. Paysages défigurés, écosystèmes dénaturés, forêts aux sous-bois dégarnis, biodiversité banalisée, sol écorché, lessivages catastrophiques, destructions irrémédiables, le Maroc est atteint par le surpâturage chronique……Les ravages de ce pastoralisme intempestif induisent une véritable pandémie écologique, un écocide lent, un risque d’extinction massive des plantes ……Foresterie et sur-pâturage: aux innocents les mains pleines! Amis marocains et amis du Maroc, voyageurs du savoir et naturalistes nostalgiques, entomologistes globe-trotters et ornithologues munis de permis d’observer(!), ne pleurez plus la Maâmora fossile, ne pleurez plus l’arganeraie massacrée, ne pleurez plus la forêt morte de Genévriers thurifères, sortez maintenant vos mouchoirs pour les restes de la cédraie …….» »

    etc..etc..

    disait MICHEL TARRIER billet du 11 09 2013 sur ce même site et évidemment les choses ont empiré car la solution n'est ni en Turquie ni ailleurs mais simplement sur place!

    Désolé

    C.PHILIPPE LE BAIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.