Des venins pour guérir les maladies (Vidéo Euronews)

A l’Université de Liège, nous découvrons les travaux de Loïc Quinton, chimiste, qui s’inscrivent aussi dans ce projet Venomics. Il nous montre un serpent sud-américain de la famille des vipères. “Son venin est très actif et on va regarder dans la multitude de composés qui le constitue quels sont les plus intéressants pour en faire de potentiels médicaments,” indique-t-il.

 

Ce projet – le plus grand au monde sur la valorisation des venins animaux – vise à établir une base de données sur les toxines parfois inconnues qu’ils renferment. Déjà plus de 4000 ont été identifiées grâce à la spectrométrie de masse et à d’autres techniques avancées. Loïc Quinton nous montre ainsi “une représentation graphique de la composition moléculaire de l‘échantillon qu’on analyse où l’on voit différents pics qui sont classifiés en fonction de leur masse et chaque pic correspond à une toxine,” précise le chercheur.

Synthétiser les toxines

“Lorsque la synthèse se termine, indique Gilles Mourier, chimiste, on obtient une résine qui est ensuite traitée de manière à obtenir un brut de synthèse. Ce brut de synthèse, ajoute-t-il, sera ensuite façonné pour obtenir la toxine qui sera finalement testée.

Les toxines déjà synthétisées ont été testées sur des cibles moléculaires préalablement sélectionnées. Les résultats sont prometteurs d’après les chercheurs. Ce qui peut ouvrir la voie à l‘élaboration de nouveaux médicaments à partir de venins, nous confirme le coordinateur du projet Venomics, le pharmacologue Nicolas Gilles : “On a choisi, souligne-t-il, des récepteurs qui sont impliqués dans l’allergie, le diabète et l’obésité qui sont des domaines où il y a un manque évident de médicaments.”

Des débouchés dans une dizaine d’années

Quant à l’agenda de ces études, Nicolas Gilles nous précise : “Approximativement, la période de découverte et de caractérisation dure deux-trois ans et ensuite, pour le développement thérapeutique, il faut compter entre dix et quinze ans avant une entrée sur le marché.” Le projet est porteur d’espoir en termes d’avancées thérapeutiques. Il pourrait aussi nous inciter à changer de regard sur ces espèces animales bien souvent dénigrées. “La plupart de ces animaux sont aujourd’hui menacés par la chasse et la destruction de leur milieu naturel, souligne Rudy Fourmy. Donc, si ces animaux peuvent être utilisés par l‘être humain, peut-être songera-t-on davantage à leur sécurité pour notre avenir,” conclut-il.

Source: Euronews
Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

Un tortue marine sauvée des filets (vidéo)

Les actions de sensibilisations des pécheurs semblent porter leurs fruits. Notre correspondent Youness Baghdidi de …

chatons

Inédit: Vidéo de chatons des sables à l’état sauvage

Il y a quatre mois, nous vous rapportions en exclusivité une déclaration du Haut Commissaire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.