Les Eaux et Forêts rattachés au ministère de l’agriculture?

Les Eaux et forêts et la lutte contre la désertification viennent de passer sous le giron du ministère de l’agriculture. D’après nos informations, et suite à la nomination des membres du nouveau gouvernement, il s’avère que la rumeur qui circulait déjà depuis quelques semaines soit confirmée: le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification n’est plus. Nous reviendrons sur sujet très bientôt.

ministere

Il est à rappeler que le HCEFLCD dans son ancienne mouture avait pour missions de:

– Elaborer et mettre en œuvre la politique du gouvernement dans les domaines de la conservation et du développement durable des ressources forestières, alfatières, sylvo-pastorales dans les terrains soumis au régime forestier, ainsi que le développement cynégétique, piscicole continentale et des parcs et réserves naturelles ;

– Coordonner la mise en place des mécanismes institutionnels pour la préparation, l’exécution, le suivi et l’évaluation de la politique du gouvernement en matière de lutte contre la désertification ;

– Participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de développement rural.

Le HCEFLCD était chargé de:

– Assurer l’administration, par délégation de M. le Premier Ministre et conformément aux dispositions du dahir du 10 octobre 1917 sur la conservation et l’exploitation des forêts tel qu’il a été modifié et complété, du domaine forestier de l’Etat et les autres biens soumis au régime forestier ainsi que la police et le contrôle de l’application des textes législatifs et réglementaires y afférents;

– Conserver, aménager, développer et promouvoir les ressources forestières, alfatières, sylvo-pastorales dans les terrains soumis au régime forestier, ainsi que les ressources cynégétiques et piscicoles continentales, et valoriser leurs multiples produits, services et avantages;

– Œuvrer à la promotion et à la mise en œuvre des actions d’extension et de développement de la forêt sur des terres à vocation forestière autres que celles du domaine forestier de l’Etat;

– Coordonner l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’aménagement des bassins versants et des parcs et réserves naturelles et en assurer le suivi et l’évaluation en concertation avec les différents départements ministériels ou d’autres organismes concernés ;

– Coordonner la préparation et la mise en œuvre des programmes et projets de développement intégré des zones forestières et alfatières, participer à leur exécution et en assurer le suivi et l’évaluation ;

– Promouvoir les actions de coopération et de partenariat avec les différents départements ministériels ou d’autres organismes concernés, les collectivités locales, les partenaires bilatéraux et les organisations régionales et internationales, les professionnels, les organisations non gouvernementales et tous les usagers du domaine forestier ;

– Coordonner, en concertation avec les différents départements ministériels et organismes concernés, la mise en œuvre, au niveau national, des dispositions des conventions internationales relatives à la lutte contre la désertification, aux forêts, à la faune sauvage et à son habitat naturel.

A cet effet, le HCEFLCD élaborait, en liaison avec les départements ministériels et les organismes concernés le programme national de lutte contre la désertification afin de:

– Mettre en place un dispositif de veille stratégique et de prospective sur la conservation des ressources forestières et les processus de désertification et développer un système intégré et durable pour assurer le suivi, l’évaluation et la diffusion de l’information y afférente et sur les projets et programmes d’action;

– Orienter et développer la recherche scientifique et les études techniques et économiques relatives à la connaissance, la conservation, le développement, la valorisation, le suivi et l’évaluation des ressources forestières, alfatières, sylvo-pastorales, piscicoles continentales et cynégétiques et des parcs et réserves naturelles ;

– Promouvoir la recherche scientifique et les études techniques et économiques relatives à l’évolution du processus de la désertification et en évaluer l’impact ainsi que les voies et moyens mobilisés pour y faire face.

  • Mohamed Benata

    Quel constat peut-on faire depuis que Mr El Hafi Abdel Adim a été nommé Haut Commissaire des Eaux et Forêts et de la lutte contre la Désertification?
    Cette longue période a été marquée surtout par la perte de la majorité des forêts littorales méditerranéennes qui ont été cédées aux privés. L’exemple flagrant est celui de la forêt de Tazegraret qui longeait le littoral de Saïdia qui a été entièrement rasée pour laisser place à la station balnéaire de FADESA. D’autre forêts comme celle d’Al Hoceiman plage Souany qui a été fortement dégradée et aussi au niveau de Tétouan et de Tanger qui ont souffert des convoitises du lobbie immobilier. Le drame de la Cédraie marocaine n’a pas trouvé de solution, pire on a vu des palais luxueux jaillir parmi les Hauts cèdres entre Azrou et Ifrane.