Région de Tata: la palmeraie en feu

Tamanart : la magnifique palmeraie de la région de Tata vient de perdre quelque 50000 palmiers dattiers et quantités d’arbres fruitiers dévorés par les feux. Aucune vie humaine n’est à déplorer mais les dégâts sur l’écosystème sont considérables.

 

Une source ayant requis l’anonymat habitant la région de Tamanart aurait révélé au site Mowatine.com que le nombre de palmiers brulés aurait atteint près de 50000 et non pas 35000 estimés initialement par le ministère de l’agriculture. Pour atteindre le chiffre de 50000 l’interlocuteur de Mowatine.com explique qu’il faut aussi compter les palmiers de petites tailles et les arbres fruitiers qui ont été carbonisés ne laissant le plus souvent aucune trace. La source précise également que dès les premières heures de l’incendie, les équipes de la protection civile se sont rapidement déployé pour éteindre les feux et seraient encore sur le terrain afin d’en finir avec les derniers foyers qui subsistent encore.

Le président de la commune de Tamanart aurait pour sa part déclaré au média que l’incendie coïncide avec le moment où l’on cueille les fruits des efforts fournis tout l’année annuel complet, précisant que la récolte a lieu en début de septembre ». L’incendie avait surpris les habitant de Tarmazigh lundi vers 3h00 du matin, générant des flammes et de lourdes fumées à environ deux kilomètres du centre de la commune. Les feux se sont ensuite déplacés vers Agra qui n’a pas échappé à la catastrophe.

Aucune victime humaine à déplorer

2M.ma pour sa part précise qu’un avion de lutte anti-incendie a dû être déployé pour venir à bout du sinistre. La propagation de la fumée a entraîné l’asphyxie de six personnes qui ont été transportées à l’hôpital. L’incendie n’a fait aucune victime humaine. Selon les habitants, le feu aurait pris sous l’effet de la chaleur qui sévit dans la région depuis quelques jours conclut 2M.ma.

Selon les informations dont nous disposons, il est très peu probable que la chaleur soit le facteur déclenchant mais serait plutôt un facteur aggravant. En attendant les conclusions de l’enquête officielle en cours, la piste d’un déclenchement du feu à cause d’un facteur humain n’est pas à exclure. A noter que le feu dans la palmeraie de Tata n’est pas géré par le Centre national de gestion des risques climatiques forestiers (CRCF) affilié au HCEFLCD car la zone n’est pas classée zone forestière.

Maroc Écologie

GRATUIT
VOIR