réintroduction lion

La réapparition surprenante du lion de l’Atlas durant les années 70

Le lion de l’Atlas, symbole absolu de la monarchie marocaine et du Maroc, fait depuis quelques années, l’objet de plusieurs études en raison de son mystérieux parcours. Aujourd’hui, c’est l’agence de presse espagnole EFE qui s’est intéressée à son extinction durant les années 20, puis sa réapparition surprenante, une cinquantaine d’années plus tard, au zoo de Temara.

 

Le Lion de l’Atlas ou Lion de barbarie (Panthera leo leo), régnait autrefois sur toute l’Afrique du Nord. Le dernier spécimen sauvage fut abattu au Maroc en 1943 A Tizzi n Tichka. Il est caractérisé par une crinière beaucoup plus volumineuse que celle de ses cousins africains, très sombre voire noire et allant jusqu’au milieu du ventre. Contrairement aux autres sous-espèces de lions, le lion de l’Atlas ne vit pas en groupe de plus de deux ou trois membres adultes. Le mâle participait donc également à la chasse. Vivant principalement dans les montagnes du massif de l’Atlas, ces lions sont plus robustes et beaucoup plus massifs que les autres sous-espèces de lions, atteignant facilement les 315 kg.
Le Lion de l’Atlas ou Lion de barbarie (Panthera leo leo) est caractérisé par une crinière beaucoup plus volumineuse que celle de ses cousins africains, très sombre voire noire et allant jusqu’au milieu du ventre. Contrairement aux autres sous-espèces de lions, le lion de l’Atlas ne vit pas en groupe de plus de deux ou trois membres adultes. Le mâle participait donc également à la chasse. Vivant principalement dans les montagnes du massif de l’Atlas, ces lions sont plus robustes et beaucoup plus massifs que les autres sous-espèces de lions.

 

Les chercheurs ont longtemps affirmé que les lions de l’Atlas s’étaient éteints durant les années 1920 à cause de la détérioration progressive de leur habitat, les ayant alors forcés à quitter les montagnes de l’Atlas à la recherche de proies. Selon eux, c’est là que cette espèce de félidés unique en son genre aurait commencé à se nourrir des carcasses de bétail.

Une situation qui a poussé les agriculteurs, animés par la volonté de protéger leur bétail, à organiser des chasses durant le début de la période coloniale (1912-1956), explique l’agence de presse espagnole EFE dans un reportage publié vendredi. L’espèce se serait ainsi progressivement éteinte, bien que certains assurent que le dernier lion de l’Atlas dans son environnement naturel a été vu en 1940.

Le zoo de Témara

Près de 50 ans plus tard, en 1970, l’espèce que l’on croyait éteinte à jamais fait une surprenante réapparition au Maroc, avec l’ouverture du premier jardin zoologique de Témara, non loin de Rabat. Les spécimens faisaient en réalité partie d’une collection privée de félins ayant appartenu au roi Mohammed V et offerte par son fils, le roi Hassan II, au zoo de Témara.

D’autres lions de la même collection avaient été donnés, durant la même période, à des zoos au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis. Mais selon Salma Slimani, directrice du nouveau zoo de Témara inauguré en janvier 2012, leur trace a depuis été perdue.

Durant les années 70, des experts étaient venus de l’étranger pour s’assurer de l’authenticité des lions de l’Atlas de Témara. Chose qui a été faite, après plusieurs comparaisons effectuées sur les félidés marocains. Le manque de tests ADN à l’époque a continué, cependant, d’alimenter les doutes jusqu’à aujourd’hui.

Selon EFE, Slimani est en train de mener actuellement des recherches en collaboration avec les musées nationaux d’histoire naturelle de New York et Paris, afin de comparer l’ADN des lions de Témara avec ceux de la capitale française.

Une quarantaine à Témara

Aujourd’hui, le nouveau jardin zoologique de Témara, spécialisé dans la faune marocaine, africaine et saharienne, compte une quarantaine de lions de l’Atlas, soit environ 18 de plus qu’avant son ouverture en 2012. Une fierté pour la direction de l’établissement. « Avec tous les mythes qui ont été construits autour du lion de l’Atlas, il était impensable de ne pas en avoir ici (au zoo), où il est un emblème, l’âme du lieu et la principale raison pour laquelle beaucoup de touristes viennent », se félicite-t-elle.

L’entretien de ces animaux, qui mangent en moyenne 7 kilos de viande par jour coûte, toutefois, très cher au zoo. Selon EFE, ce dernier a été contraint de ramener des contraceptifs d’Australie pour contrôler leur reproduction. D’autant plus qu’ils savent qu’ils ne pourront, probablement, jamais les réintroduire un jour dans leur milieu naturel.

 

Source: www.yabiladi.com

Documentaire Marocain (sous titré pas Ecologie.ma) sur le lion de l’Atlas:

 

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

11 commentaires

  1. Avatar

    Pour faire connaître cette espèce magnifique, il serait peut-être possible de les échanger dans des réserves ou parc naturel dans le monde ?? On est capable aujourd'hui d'évaluer le parfait environnement pour le bien être de ces beaux félins.

  2. Avatar
    C.PHILIPPE LE BAIL

    Nul besoin d’avoir à investir dans un « marketing » coûteux pour ce Lion de l’Atlas et le Maroc pourrait en exploiter économiquement la renommée!

    "Superstar" déjà, c’est l'animal historiquement le plus beau de son espèce. Par lui, le Maroc redorerait son blason médiatique pour effacer sur Internet ses investissements touristiques inconsidérés, discothèques, boîtes de nuit etc..où rodent quelques espèces animales loin d’être en voie d’extinction celles-là!

    Nul besoin sur le monde animal de constater les réussites ailleurs pour engager des études de faisabilité car les investisseurs potentiels n'ont pas même une idée ici de ce qu’on peut financièrement produire sur un lion qu'on a sous la main!

    Difficile de convaincre ces investisseurs que ce lion légendaire serait une rentabilité économique par lui même en son état sauvage. Tous les jours de toute l’année dans nos paysages, notre climat favorable etc.. en organisant seulement la vie libre de 10 animaux en famille, en accouplement, avec progénitures, en chasse, avec hyènes, chacals, vautours aux aguets etc …s'ils vivent encore?

    Tous seraient pourtant d’incomparables visuelles excitantes modernes « "locomotives" d’affaires de haut niveau marketing 365 jours par an! A condition d'être un vrai businessman et de les environner de toute la panoplie moderne : émissions TV, reportages, documentaires, études scientifiques, publications, etc.etc. qui ne détruisent pas notre environnement mais serait au contraire rentabilisé pour qu’il se protège lui-même par ses propres bénéfices.

    Si la loi de la jungle, ce lion connaît déjà, apparemment l'argent facile marocain ne veut pas se risquer à la connaître on préfère détruire et polluer!

    Du visuel mais plus jamais svp, plus jamais on ne doit montrer des animaux sauvages derrière des barreaux telle votre vidéo qui inconsciemment les montre ainsi inéluctablement morts déjà! Réussir à maintenir des animaux vivants ne peut être que dans l'utilisation économique de son propre capital vivant sur son territoire vivant. On ne peut malheureusement faire autrement puisqu'il en faut les moyens.

    Comment les investisseurs marocains ne voient-ils pas les réussites qui existent partout ailleurs au monde. Par exemple en Afrique du sud, eux ont vu immédiatement l’intérêt économique de la nature sur place! Ils ont compris que l'approche est totalement inverse d'un zoo, la nature doit être protégée c'est le seul investissement pour que l'animal soit chez lui, l'humain est toléré seulement.

    Contrairement à ce que laisse entendre votre article, ce lion est acclimaté aux températures rudes et l’Atlas ne manque pas d’espaces libres en altitude, faciles à clore pour que plusieurs de ces animaux vivent en liberté surveillée. Il suffirait de capturer les innombrables sangliers dévastateurs plus bas dont on ne sait comment se débarrasser pour que tous s'alimentent naturellement.

    Il me paraît donc plus facile d'attirer un bon tourisme familiale à seulement 2 ou 3 heures d’avion du Maroc plutôt que des charters de fêtards! Il est insensé de bêtonner les cotes ou faire pulluler à Marrakech ces palmiers en plastiques camouflant des ondes électromagnétiques criminelles juste à 100m face aux Mamounia, Sofitel et consorts Méridien sans prévenir les clients?

    Donc:

    «…. L’entretien de ces animaux, qui mangent en moyenne 7 kilos de viande par jour coûte, toutefois, très cher au zoo….. »

    Bien entendu si on reste «zoo ghetto » pour promeneurs du Dimanche à 2dh l'entrée !

    « …..Selon EFE, ce dernier a été contraint de ramener des contraceptifs d’Australie pour contrôler leur reproduction …..»

    Impensable ….en situation d'extinction??

    «….. D'autant qu’ils savent qu’ils ne pourront, probablement, jamais les réintroduire un jour dans leur milieu naturel….. ».

    Des loups en Espagne en Italie, des ours en France en Hongrie etc..beaucoup d'animaux déjà réintroduits en plein milieu de l’Europe surpeuplée! Alors?

    Si des animaux sont en cages, la réflexion ne doit jamais l'être!

    Amicalement

    C.PHILIPPE LE BAIL

  3. Avatar

    Entièrement d'accord

  4. Avatar

    Vous avez tout dit, Monsieur Philipe. Si vous avez un projet en vu, sachez que vous aurez nos encouragements. Il faut que votre point de vue arrive aux autorités et aux décideurs de tourisme dans ce pays.

  5. Avatar

    Karima

    Si on se penche sur la notion de "projet" comme vous dîtes, il ne s’agit que d’un financement lié à un objectif, ceci n’est pas le plus difficile. Par contre financement et objectif sont conséquents d’une volonté de faire avec d'autres, volonté elle-même conséquente d’une manière de voir les choses, philosophie d'une idée personnelle à faire partager.

    Pour bien partager il faut avant tout analyser les écarts de penser des intervenants en face de vous pour avoir une chance de faisabilité, critère essentiel de tout projet. Là est la grande difficulté avant même de commencer. Les intervenants ne doivent pas être aux antipodes de vos pensées pour avoir une chance de partage.

    Ainsi intervenants : "Autorités" "Tourisme" dites vous?

    Quand au XXI siècle ils laissent à la vue de touristes racolés par des millions de DH de promotion: des singes enchaînés, grotesques avec des couches de bébé ? Des espèces animales protégées vendues impunément sur la place publique, même sur internet avec nom et téléphone du délinquant ? Des dépouilles de léopard hyènes python et autres, pendues dans des boutiques de sorcellerie business de l'ignorance, je viens de voir des œufs de chouette en grigri de fécondité à 10.000dh qui dit mieux? Des gazelles braconnées la nuit, donc avec des armes à infrarouge et silencieux dont on sait qui en possède ? Des centaines de chiens errants partout ? Des milliers de chatons qui crèvent dans les poubelles ? Des ânes sous des charges énormes ? Des mulets ensanglantés la langue pendante…..ne croyez-vous qu’on est bien loin de la philosophie d’un projet grandiose à l’échelle du passé historique du Maroc? La petitesse de faits courants est ainsi montrée outrageusement partout aux étrangers sans que ces "intervenants" "interviennent" sur le quotidien? Alors, comment espérer qu'ils voudraient lever un sourcil pour s'occuper d'un lion ancestral?

    C'est l’écart de réflexion humaine et citoyenne qui est énorme aujourd'hui pas la réalisation d'un projet et pas seulement au Maroc mais internationalement et la jeunesse des pays émergents doit prendre garde à défendre ses "lions": ses racines.

    La notion de patrimoine, des patrimoines de chacun soit le vrai capital pécuniaire et identitaire des Peuples n’est malheureusement pas une valeur fondamentale pour ces technocraties nationales dominées par l'interlope actuelle. Au contraire elle ne veut que tout niveler identique pour tout mettre internationalement en cage. Je m'insurge contre cet état de fait qui annihile l’identité de chacun de nous car nous devons chacun tout partager d'accord mais en perpétuant notre culture pour en comparer les autres et non s'y soumettre.

    "Progresser" c'est "comparer" je crois que c'est Tocqueville qui a dit un truc comme ça?

    Aujourd'hui mondialisé, ce fantastique lion, emblème du Maroc est aussi celui de notre patrimoine naturel universel, il mériterait en effet de sortir de sa cage mais alors la technocratie ….d'y entrer.

    Amicalement

    C. PHILIPPE LE BAIL

  6. Avatar

    Vos commentaires poussent à tenter d'y voir plus clair dans ce dossier

    INFO PUBLIEE ECOLOGIE MA SEPT 2012

    « ……….Par la suite, une équipe d’experts franco-allemands a été consultée pour déterminer la pureté des lions de l’Atlas provenant de cette ménagerie royale. Les experts ont classé ces lions en trois catégories. La première et la deuxième ont les caractéristiques du lion de l’Atlas et la troisième a été éliminée. Après, il a été décidé de placer des spécimens de ces deux catégories dans des zoos : marocains, européen et américain………… Par la suite, un programme d’élevage en captivité en vue de purifier l’espèce par des croisements absorbants (sélectifs) a été mis en place par les trois groupes de zoos pour une durée de plus de 25 ans»

    a indiqué un expert qui avait suivi ce dossier……..

    Lorsque je lis une chose pareille, me vient immédiatement à l’idée la similitude des rapports donnés en 1943/44 par le Docteur MENGELE au Docteur GOEBBELS ces parfaits experts en « programme d’élevage en captivité en vue de purifier l’espèce par des croisements absorbants (sélectifs) » Suis-je idiot ou simplement un tantinet outrancier ce que je concède bien volontiers!

    Ne voit-on aujourd'hui comme en 40 qu'on veut nous faire perdre la simple vue de la nature des choses! Outrance alors? Oui elle est nécessaire, pour simplement bien faire comprendre l’irresponsabilité «intellectualisée, scientifisée, financiarisée, médiatisée» des agressions humaines actuelles sur la simple nature « naturelle » des choses animales. Une indécence pseudo sophistiquée de la bien-pensance scientifique unique de certains, colportée par ce monde technocratique qui ne cache que l’animalité humaine toujours naturellement en embuscade d'un chacun pour soi.

    Outrance, oui! En effet ne croirait-on pas lire un rapport sur AUSCHWITZ DACHAU ou BIRKENAU ? Qu'y faisait-on si ce n'est la même chose camouflée?

    Quels droits avons-nous de manipuler une race animale et en « purifier l’espèce» pour notre seul plaisir scientifique, sur des êtres vivants sous la main, esclaves en cellules éprouvettes, dans un camp de concentration zoo sans avoir pour UNIQUE OBJECTIF, par simple conscience humaine ou pour le moins « humanitaire » à la mode, de RENDRE A CETTE ESPÈCE SA LIBERTÉ SUR SON TERRITOIRE . Et ceci alors pour la seule valeur d'un patrimoine naturel universel, celle des autres humains. Ce capital là nous appartient et nous n’avons que faire des expérimentations pour un autre objectif que favoriser la nature en son état initial, pas en d'éternelles éprouvettes! On voit où cela mène!

    Or ces hurluberlus en blouses blanches, prétentieux de leurs sciences brandies en mains savantes, après s’être satisfaits de leurs seuls intérêts de castes à nos frais financiers pour "..une durée de plus de 25 ans…" soudain déclarent innocemment:

    « Après quoi, les trois groupes d’experts initiateurs de ce projet se sont posé la question suivante : A quoi cela sert-il de continuer à investir dans une espèce qui ne pourra pas être réintroduite dans la nature ? »

    Ben oui, msieurs dames, vos intérêts, vos budgets de camps de concentration et nos lions esclaves en vos mains …"pour plus de 25 ans…" "purifiables" par nos impôts vous ne vous êtes QUE… "posées la question"….en effet!

    Ben, manque de chance c'est celle qui était essentielle pour nous, pour notre petite intelligence citoyenne à nous!

    Ben alors maintenant dites nous donc pour une fois la réponse! Expliquez-nous pourquoi un lion de l'Atlas libre dans une réserve, ce n'est pas possible?

    INFO PUBLIEE ECOLOGIE.MA JUILLET 2014

    "…….D’autant qu’ils savent qu’ils ne pourront, probablement, jamais les réintroduire un jour dans leur milieu naturel….. »

    et le bourrage de crane continue…Soit donc, sans que nous puissions avoir le moindre retour de nos investissements citoyens NOS impôts pour recapitaliser NOTRE patrimoine naturel commun et du haut de leur grandeur, des énergumènes savants prétendent, pérorent, "cocktaillent" et NOUS payons sans fin, sans pour autant qu'ils nous apportent les données péremptoires scientifiques et expérimentales de leurs assertions.

    Puisque ce dossier semble nous passionner, essayons alors d'y voir plus clair! Quelqu’un peut-il apporter ici les arguments scientifiques desdits experts qui prétendent que le lion ne pourrait revenir d'une manière ou d'une autre LIBRE sur une partie de son territoire. .

    Amicalement

    C.PHILIPPE LE BAIL

  7. Avatar

    Les investisseurs marocains ne jurent que par le profit a très court terme,d'où l'immobilier et pour rire ,le sanglier c'est pas halal, non lions sont de l'atlas pas des Pyrénées .sinon belle analyse pleine de bon sens.

  8. Avatar

    réintroduire le lion de l'atlas ??? dans un but touristique ??? pour les touristes ??? je trouve cela très beau sur le papier …en France la réintroduction du loup fait polémique alors le lion …il faut une surface de 30 à 50 km carré par lion faite le calcul et il va manger quoi ???et les habitants on va les exproprié pour faire plaisir de l'image que l'on donne à l'europe ??? déjà sous Feu SM Hassan 2 il était envisagé de reproduire l’authentique lion de l'atlas qui a été choisi le symbole de la Métro Goldwyn Mayere vu que c'est le plus beau des spécimens de la race des lions …et je ne parle pas des risques pour les habitants …faudrait alors faire comme jurassik park avec barbelé etc …alors arrêter de rêver et penser aux marocains qui doivent survivre avec pas grands choses tout les jours … et je rappelle que le dernier lion a était officiellement abattu par un touriste français en 1946

  9. Avatar

    Ben oui effectivement si le lion est xénophobe, il faut le maintenir en cage!

    C.PHILIPPE LE BAIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.