Parcs nationaux

Les 10 parcs nationaux du Maroc seront reclassés en 2014

Parc national, Parc naturel, Réserve biologique, Réserve naturelle ou Site naturel sont les nouvelles appellations qui seront attribuées aux parcs en fonction de leurs caractéristiques. Ils s’étendent sur une superficie de 771 849 ha. Vingt sites d’intérêt biologique et écologique seront créés d’ici 2020.

parcs

 Les hectares protégés par l’appellation de «Parc national» ou plus globalement de «Site d’intérêt biologique et écologique» (SIBE) dépassent de loin aujourd’hui le million. Et le Haut commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD), chargé de gérer ces aires protégées, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. La loi 22-07 relative aux aires protégées, publiée au Bulletin officiel du 19 août 2010, prévoit en effet la création par le Haut commissariat d’une vingtaine de SIBE prioritaires d’ici 2020, réparties sur 9 régions.

Le plan directeur des aires protégées, rendu en 1996 par le Haut commissariat, en avait alors identifié 154, soit une superficie totale de 2,5 millions d’hectares. Parmi ceux-ci, certains sont devenus des parcs nationaux. Dans son article 40, le texte stipule justement que «les parcs nationaux existants à la date de publication de la présente loi au Bulletin officiel seront classés dans l’une des catégories prévues par les dispositions de l’article 2 de la présente loi, selon les modalités fixées par voie réglementaire». Autrement dit, les 10 parcs nationaux actuels seront reclassés d’ici 2014 comme «parc national», «parc naturel», «réserve biologique», «réserve naturelle» ou «site naturel» comme il est mentionné dans cet article 2. Inutile de dire que même si la formule change, la protection est bien entendu maintenue, seules les finalités et les caractéristiques de l’espace concerné diffèrent.

Outre ces 10 parcs existants, le Maroc compte trois réserves de biosphères. Déclarée en 1998, la Réserve de biosphère de l’Arganeraie s’étend sur 2,5 millions d’ha dans le Sud-Ouest marocain. Deux ans plus tard était créée la Réserve de biosphère des Oasis du Sud du Maroc qui s’étend sur un peu plus de 7 millions d’ha. Enfin, la Réserve de la biosphère intercontinentale de la Méditerranée est unique puisqu’elle s’étend du Maroc jusqu’en Espagne sur près d’un million d’ha. Une quatrième réserve de biosphère, dite de la Cédraie, est prévue dans le Moyen et Haut Atlas. Elle devrait s’étendre sur près de 1,2 million d’ha. Rappelons, pour mieux saisir l’importance de ces aires protégées, que le Maroc s’étend sur une surface totale de 71 millions d’ha. Si l’on ajoute aux 771 849 d’ha de parcs nationaux les 10,7 millions de réserves de biosphère, le Maroc protège jusque-là 16,1% de ses terres.

5 MDH sont consacrés à l’entretien des parcs chaque année 

La loi 22-07 a permis d’établir un cadre clair et précis pour la gestion des aires protégées. Son chapitre IV est dans ce sens un parfait exemple. Il exige en effet que chaque aire protégée dispose de son propre plan d’aménagement et de gestion, ce dernier étant «établi à l’initiative de l’administration compétente, en concertation avec les collectivités locales et les populations concernées». Ce document fixe à la fois les mesures spécifiques et les restrictions propres à chaque type d’aire protégée et délimite les zones en fonction des activités humaines acceptées ou non. A noter par ailleurs que «la gestion de l’aire protégée est déléguée après appel à la concurrence (…)» ou assurée par un service public.

Sur les 10 parcs nationaux existants, 8 sont déjà dotés d’un tel plan ; 6 d’entre eux disposent même de programmes d’éducation à l’environnement, de centres d’information et de plans de communication. C’est dans le cadre de ce reclassement qu’une vingtaine de cadres, chargés de la conservation et du suivi écologique, de l’éducation à l’environnement, du développement de l’écotourisme et de la coopération avec les populations locales, ainsi qu’une quarantaine de gardiens prennent chaque jour soin de ces espaces protégés. En tout et pour tout, 5 MDH sont alloués chaque année à l’entretien des parcs nationaux en particulier. Les projets de coopération y contribuent pour une petite partie.

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

forestiers

Cédraie et forestiers: rien ne va plus!

Face à une transition administrative qui s’éternise et une direction tricéphale, les forestiers du Royaume …

Gypaète

Lancement du premier programme de recensement des rapaces au Maroc

Le premier programme de suivi et de recensement des rapaces rupicoles diurnes au Maroc, action …

2 commentaires

  1. Avatar

    Bien, mais gardons la tête froide et vérifions sur le terrain que l'écart entre le papier et la réalité ne dépasse pas le tolérable!

  2. Avatar

    Une petite precision: Les SIBEs ou sites d'Intêret biologique et écologique, sont au nombre de 154. Ils ont été identifiés les années 90. La loi relative aux aires protégées de 2010, prévoit le classement de ces SIBEs en cinq catégories d'aires protégées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.