Les 15 oiseaux des villes

Si certains oiseaux sont trop sensibles aux dérangements de la vie urbaine, d’autres semblent très bien s’en accommoder. Plusieurs espèces d’oiseaux vivent dans les villes, beaucoup ne sont observées que dans certaines régions, d’autres en revanche, sont quasiment présentes dans toutes les villes du royaume.

Certains sont assez rares, comme la chouette hulotte par exemple, d’autres n’arrivent et ne sont visibles qu’une partie de l’année, exemple de l’hirondelle des fenêtres qu’on peut observer au printemps et en été en opposition au Rouge-queue noir, au pouillot véloce et à la bergeronnette grise qui eux sont plus visibles en hiver.

Il est important de noter que les caractéristiques des villes (altitude, distance de la cote, localisation…) entraînent une avifaune typique, les oiseaux de la ville d’Azrou ne sont pas les mêmes qu’on trouve à Marrakech à titre d’exemple. Cependant, quelques irréductibles créatures sont presque partout :

Vous les voyez, vous les entendez mais est ce que pour autant vous les connaissez ?

En espérant vous faire partager ce petit plaisir (simple et gratuit) d’observer un oiseau tout en ayant la capacité de connaître son nom et sa « petite histoire », nous avons fait pour vous une petite liste (non exhaustive) où nous avons sélectionné une quinzaine d’espèces que vous côtoyez chaque jour dans les espaces de votre ville:

Le Moineau domestique,

MoineauDomDessin

C’est l’oiseau le plus commun et le plus répandu. Il se nourrit majoritairement de céréales et d’autres graines, mais sait s’adapter et tirer profit d’autres opportunités, consommant divers invertébrés, les insectes en premier lieu, qui servent par ailleurs d’alimentation de base aux oisillons. Il peut effectuer des manœuvres complexes et inhabituelles pour obtenir sa subsistance. Ci dessous une vidéo de chants de moineaux.(illustrée avec une photo de moineau mâle)

 

La Cigogne blanche,

CigogneBlancheDessin

Au Maroc, les cigognes sont quasiment partout dans le pays, et élisent souvent domicile sur les minarets des mosquées et autres hautes structures… Elles migrent d’août à janvier. D’une année sur l’autre les nids sont réutilisés, améliorés et agrandi. Tellement, qu’il se peut que les nids atteignent des proportions énormes: jusqu’à 2 mètres d’envergures pour plusieurs centaines de kilos. Oiseau peu farouche envers l’homme, la cigogne blanche est, dans les régions où elle est présente, un des grands échassiers les plus faciles à observer.

 

L’Étourneau unicolore,

Estornino_Negro._Casa_de_Campo._Madrid.

est aussi très commun dans nos villes. C’est une espèce méditerranéenne. L’adulte est entièrement noir, mais son bec est jaune la plupart du temps. Les pattes sont brunes. Lorsqu’il vole en groupes, l’étourneau unicolore se déplace de façon typique. Les oiseaux qui sont à l’arrière volent vers l’avant pour se positionner en tête, et cela de manière continue. C’est un oiseau assez bruyant qui imite toutes sortes de sons.

 

Le Faucon crécerelle,

FauconCrecerelleDessin

Ce faucon est très commun en ville où il s’adapte remarquablement. Quand il chasse, on peut l’observer en vol stationnaire, attendant le bon moment pour fondre sur sa proie (Insectes, Rongeurs, Serpents, Grenouilles, Lézards, Oiseaux) Les Faucons crécerelles ne construisent pas leur nid eux-mêmes. Ils nichent dans les vieux nids, souvent sur des immeubles. Fait entendre régulièrement sont cri typique de crécerelle:

 

Le Bruant du Sahara,

bruant du sahara1

Bien que le bruant du Sahara ne vive que dans une aire de répartition limitée du Maroc au Tchad, il n’est pas rare de l’observer dans nos villes. Le bruant du Sahara est essentiellement végétarien (graines, herbes) mais avale également des invertébrés pendant la saison de reproduction. Il peut être très familier, et vient souvent picorer les mites de pain sur les tables:

 

Le Merle noir,

MerleDessin

Le merle noir reste une espèce commune dans les villes et les jardins, mais il est toujours présent en pleine campagne. Son magnifique chant flûté accompagne l’aube et le crépuscule au printemps, mais parfois, ses cris d’alarme répétés sont durs à notre oreille, même si nous savons qu’ils ont pour but de prévenir les jeunes de la présence d’un prédateur.

 

Le Héron garde bœuf,

HeronGBoeufsDessin

En ville on voit souvent le héron garde bœuf perché sur une benne à ordures. Le Héron garde-bœufs a peu de prédateurs, mais des oiseaux ou des mammifères peuvent piller son nid, les poussins peuvent mourir de faim, de carence en calcium ou de perturbation par d’autres grands oiseaux. Cette espèce supprime les tiques et les mouches provenant de bovins (d’où son nom). Niche en grandes colonies dans les parcs et jardins.

 

Le Pigeon biset,

800px-Homing_pigeon

L’oiseau des villes que le grand public connaît peut être le mieux. Le pigeon des villes a un cousin bien plus farouche et bien peu engagé dans la vie urbaine qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau (le pigeon des villes a comme ancêtre le pigeon biset). Le pigeon des villes peut avoir une grande variabilité de coloration du plumage contrairement à son cousin sauvage.

 

Le Bulbul des jardins,

bulbul

Le bulbul des jardins est originaire d’Afrique. C’est uns espèce commune au Maroc et le long du littoral algérien jusqu’en Tunisie. Le matin, c’est un des chanteurs les plus précoces, commençant dès l’aube et continuant pendant près de deux heures.  Les bulbuls des jardins sont monogames et sont réputés pour garder le même partenaire pendant toute leur vie.

 

La Tourterelle turque,

TourterelleTurqueDessin

Elle appartient au groupe des tourterelles ayant un collier qui comprend plusieurs espèces. Il ne faut pas la confondre en particulier avec le pigeon biset ou la Tourterelle domestique. La tourterelle turque vit dans les zones urbaines et rurales, les fermes, les bosquets, les vergers, les parcs et les jardins, près des stocks de grain. C’est une espèce provenant d’Europe, qui a entièrement colonisé le Maroc ces dernières années.

 

Le Verdier,

VerdierDessin

Le bec solide du verdier le rend capable de se nourrir des plus grosses graines disponibles en hiver. C’est un oiseau familier des jardins, attiré par les mangeoires proposant des graines de tournesol. Il chasse souvent les autres oiseaux de la mangeoire. Pendant la période nuptiale, le mâle effectue un vol ressemblant à celui du papillon, un vol chanté qui consiste à décrire des cercles avec de lents battements d’ailes, tandis qu’il chante continuellement. Ce chant est même agréable à entendre.

Le Martinet pâle,

Martinet pâle (Benoit Maire) Agadir, 30-04-2011 774+

Si le martinet pale n’est présent dans nos villes que durant le printemps  et l’été, il ne manque jamais l’occasion de se faire remarquer! il niche dans les immeubles, et est très bruyant en chassant les insectes en ville : C’est un insectivore strict tout comme les hirondelles (qui ne sont cependant pas du tout de la même famille !)

Le choucas des tours,

ChoucasDessin

Relativement peu farouche, le choucas fréquente tous les lieux où il peut trouver des cavités, même au voisinage de l’homme. Comme la majorité des corvidés, le choucas est omnivore : graines, fruits, légumes, insectes, vers, escargots, grenouilles et même miettes des promeneurs sont recueillis au sol mais il pille aussi volontiers les nids. Comme la tourterelle turque, c’est un oiseau provenant d’Europe, qui colonise progressivement le pays.

 

La Fauvette mélanocéphale,

800px-Sardinian_Warbler

La fauvette mélanocéphale vit surtout solitairement ou en couples. C’est une espèce qui aime bien se cacher mais qui souvent fait preuve d’une certaine hardiesse et d’une bonne dose de curiosité. La fauvette est très active : Bruyante, querelleuse, elle peut adopter un comportement agressif à l’encontre des autres oiseaux qui franchissent les limites de son territoire.

 

Le Goéland,

A tord appelé mouette, le goéland est un oiseau marin. Il n’est donc pas observable dans les villes trop éloignées des cotes. Au Maroc vivent plusieurs types de goélands, mais les deux espèces les plus répandues dans les villes côtières sont le goéland brun, et le goéland leucophée (qui y fait son nid). La plupart des goélands sont omnivores, se nourrissant d’animaux et parfois de charognes.  Ils sont également très nombreux dans les décharges des grandes villes.

 

 

Illustrations:
(pigeon, fauvette mélanocéphale, Goélands, étourneau) Wikipédia
(Moineau, cigogne, faucon crécerelle, merle noir, verdier, choucas, tourterelle) www.oiseau-libre.net
Martinet pale: Benoît maire
Bruant du Sahara, Bulbul : Ecologie.ma
Vidéos: Youtube.com , Dailymotion.com
Ecologie.ma tient à remercier les membres du GOMAC pour leurs aide et conseils.

A propos O.A

O.A
Fondateur d'Ecologie.ma, Oussama Abaouss est un journaliste spécialisé dans le patrimoine naturel du Maroc. Membre du Groupe d’Etudes et de Recherches des Écologistes Sahariens (GERES), et du GOMAC (Groupe Ornithologique du Maroc), il est également fondateur de "la tribu des écolos du Maroc".
  • Merci, ce que ma mère avait pris pour une fauvette est en réalité un bulbul !!!!!! Je suis ravie de pouvoir enfin mettre un nom sur cet oiseau au chant si mélodieux !!!!

  • en général je vis avec tous ces oiseaux presque tous les jours sauf que certains sont épisodiques suivant la faim et la saison. mais ils reviennent toujours chercher pitance au même endroit !

  • El Oualidi Jalal

    Il en manque beaucoup. Nous (GREPOM) avons organisé au début des années 1990 une sortie très tôt le matin que j’ai moi même animé qui s’intitule « les oiseaux de la ville de Rabat ». On en a recensé beaucoup plus: rouge gorge, fauvettes, Grives, hypolais, fringilles, pics, cheveche… si tu veux la liste complète: fais moi signe…
    Jalal El Oualidi
    Institut Scientifique

    • O.A

      Merci Mr El Oualidi, nous vous remercions pour le complément d’information et serions ravi d’avoir votre contribution. nous avons choisi pour cet article une quinzaine d’espèces dans une perspective de vulgarisation. la liste est bien sur non exhaustive (c’est d’ailleurs précisé ci haut). Si nous avons limité le nombre c’est pour adapter le contenu au style web. il va de soit que les oiseaux urbains sont beaucoup plus nombreux… longue vie au GREPOM!

      • El Oualidi Jalal

        Oiseaux de la ville de Rabat :
        Bergeronnette grise, Bruant striolé, Bulbul des jardins, Buse féroce, Chardonneret, Choucas des tours, Chouette chevêche, Cigogne blanche, Cisticole des joncs, Epervier d’Europe, Etourneau, sansonnet, Faucon crécerelle, Faucon Hobereau, Fauvette à tête noire, Fauvette des jardins, Fauvette mélanocéphale, Gobe mouche gris, Goéland brun, Grand corbeau, Grive draine, Grive musicienne, Hirondelle de cheminée, Hirondelle de fenêtre, Huppe fasciée, Hypolaïs opaque, Hypolaïs polyglotte, Loriot d’Europe, Martinet noir, Martinet pâle, Merle noir, Mésange bleue, Mésange charbonnière, Milan noir, Moineau domestique, Perruche à collier, Pic épeiche, Pic vert, Pie grièche grise, Pigeon ramier, Pigeon biset, Pinson des arbres, Pouillot de Bonelli, Pouillot fitis, Pouillot véloce, Rollier d’Europe, Rossignole philomèle, Rouge gorge, Rouge queue noir, Serin cini, Tourterelle des bois, Tourterelle turque (naturalisée), Traquet pâtre, Troglodyte mignon, Verdier et la perruche à collier (introduite et presque naturalisée).