Theropithecus oswaldi: l’autre primate marocain

Theropithecus gelada est le seul descendant du Theropithecus oswaldi. Les géladas vivre dans les herbes de la prairie de la haute montagne, entre 1 400 et 4 400 mètres de hauteur. La distribution de ses deux sous-espèces, T. gelada gelada et T. gelada obscurus, est réduite à proximité du lac Tana et le lac Takezé, en Ethiopie. (Ph Bryn Mc Brearity)

Au Maroc, seules vivent deux espèces de primates: l’Homme, et le macaque de barbarie. Cependant, les traces d’anciens âges passés racontent qu’un autre primate avait jadis prospéré dans les territoires qui font notre Royaume d’aujourd’hui. Il était une fois le Theropithecus Oswaldi...

Comparaison d’échelle entre un humanoïde et un Theropithecus Oswaldi

 

 Theropithecus Oswaldi est une espèce fossile de primates. C’est un proche parent du Gélada actuel (Theropithecus gelada) qui représente la dernière espèce encore vivante du genre Theropithecus. Ce primate qui ressemble à un genre de babouin géant était aussi imposant qu’un gorille actuel. Animal ayant disparu depuis plusieurs centaines de milliers d’années, le Theropithecus Oswaldi est mal connu. Les éléments scientifiques prouvant les tendances de son écologie sont rares.

Theropithecus Oswaldi a été découvert en Afrique du Sud, en Algérie, en Espagne, en Éthiopie, au Kenya, en Tanzanie et au Maroc. Chez nous, les traces de cet ancêtre du Gélada ont été trouvées dans deux sites de la région de Casablanca: dans un des niveaux inférieurs de la carrière Thomas, dans la grotte « homo erectus » et dans la grotte des rhinocéros situées dans le site Oulad Hmida 1.

Depuis la découverte de reste de Theropithecus Oswaldi en Espagne à Cueva Victoria -une tanière de hyènes remontant au Pléistocène inférieur – scientifiques semblent voie une corrélation entre la présence/absence du Theropithecus Oswaldi et les premières dispersions des hominidés sur Terre. Levif.be rapporte dans un article sur la dispersion des hominidés sur Terre, une déclaration de l’expert Carles Ferràndez selon lequel « Il s’agit des seuls restes de Theropithecus ayant été trouvés en Europe. Leur présence en Afrique du Nord pendant le Pléistocène, de même que leur absence dans d’autres sites européens, est la première indication de la dispersion des hominidés à travers le détroit ».

Aujourd’hui complètement disparut, le Theropithecus Oswadi n’est plus, sauf sous forme de dessins ou d’illustrations approximatives. Seule continue à détenir quelques ossements de lui, une grotte perdue quelque part du côté de Casablanca…

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

Région de Guelmim: Harmush sur les traces du caracal (podcast)

Très discret, le caracal fait partie des espèces les plus difficiles à observer. Thomas Lahlafi …

Nouvelles révélations sur l’astéroïde qui a causé l’extinction des dinosaures

La collision de l’astéroïde du Yucatan, il y 66 millions d’années, qui a mis fin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.