الاعتداء على الحيوانات و مداخل نشر ثقافة الرفق بالحيوان (Vidéo Médi1)

الاعتداء على الحيوانات : كيف تقرأ واقعة تعذيب نسر من فصيلة نادرة ، وقبلها عدد من الوقائع المتصلة بالاعتداء على الحيوانات ؟

ما موقف عموم المجتمع من مجموع أوجه انتهاك السلامة الجسدية للحيوان حد المس بحقه في الحياة؟

هل يتدخل القانون لحماية سلامة وحياة هذه المخلوقات ، وأي تقييم لجهود المجتمع المدني في هذا الاتجاه ؟

ثم كيف السبيل لتمتيع الحيوانات بالحماية القانونية ، وما مداخل نشر ثقافة الرفق بالحيوان وتحسيس المجتمع باحترام حقها في العيش الآمن ؟

الاعتداء على الحيوانات و مداخل نشر ثقافة الرفق بالحيوان

Source: Médi1

  • ignorance sur tous les plans dont tout le monde est responsable

  • C’est souvent le sort réservé au animaux nés et grandis en élevage, après un lâcher en milieux sauvages que ça soit aquatiques ou terrestres. Il n’ont pas reçus une préadaptation qui souvent dérange et demande plus d’effort aux responsables. S’ils ne sont pas capturés par les enfants des riverains ils seront une proie facile pour les autres prédateurs ou abandonnés à eux mêmes mourront de faim et de soif. Cependant, Ignorance il y a, mais dans de tel cas des deux cotés.

    • Là il s’agit d’une émission sur la maltraitance animale dans sa globalité. Pour les problèmes liés à l’adaptation/survie dans la nature des individus nés en captivité c’est un cran plus technique. d’ailleurs l’emission n’a fait que survoler la question de la maltraitance animale dans ses généralités sans vraiment entrer dans les détails

    • Oui je vous comprends cher Oussama…seulemt je voulais expliquer que l’oiseau ici est déjà exposé à la maltraitance dès son lâcher peut être par méconnaissance ou sans préméditation. La maltraitance des animaux est moralemt un acte crîminel et un grand pêché en islam et pourtant ça continue au quotidien

    • Un oiseau d’élevage est un oiseau qui a de faibles chances de survivre directement en milieu sauvage (naturel) autant que tous les autres animaux d’élevage d’où les conséquences inévitables soit entre les mains des enfants ou des prédateurs ou mortalité naturelle suite à l’inadaptation au milieu sauvage (nourriture, chasse, protection…). Donc le problème se pose du coté de ceux qui lâchent des animaux d’élevage incapables de survivre et de se défendre en milieu naturel. Exple : les amodiataires de droit de chasse tenus par cahier de charge du HCEFLCD de lâcher des perdreaux d’élevage….On a dû lâcher au mois septembre 2016 exactement 300 unités + abreuvoirs + agrainage ….. après un mois, mortalité = 90 % presque tous perdus, ils ne savent pas ni manger ni boire sur le sol, la nourriture déjà disponible pas à rechercher….l’élevage = cocotte ! Diamétralement opposés, y en a des contres exemples où ça bien marché mais à quel prix ? C’est bien ça qu’il aurait fallu faire avant le lâcher de mr HCEFLCD à Tanger, mais la contrainte du temps avait eu raison des préparatifs tenues à la hâte surtout y avait des « hautes personnalités » étrangères assez généreuses pour « nos projets » et notre « réputation. » (lol). Y avait peut être plus place à penser si pauvre oiseau improvisé pour les circonstances peut voler ou non. Amenez-le il fera un plus ! Alors, l’idée de sensibilisation n’aurait-elle pas subi elle aussi un lâcher identique ?

    • d’accord pour la comparaison oiseau sauvage/ oiseau d’elevage. Mais les vautours dans cette histoire ne sont pas issus de l’elevage. Ils ont été récupérés car bléssés/fatigués par la migration.