Entre terre et mer, le Cap des trois fourches

Situé à 30 Km à l’ouest de Nador, le Cap des trois fourches est une vrai curiosité géologique. Caractérisé par des falaises maritimes verticales et creusés de grottes qui n’ont d’équivalent que dans le Parc National d’Al Hoceima, le site des trois fourches a quand même une spécificité : il a une origine volcanique. Le site est classé zone RAMSAR dans sa partie marine, et héberge une réserve naturelle et une réserve permanente de chasse dans sa partie terrestre.

 

 Le Cap des trois fourches englobe dans ses partie terrestre et marine plusieurs habitats et espèces diverses de faune et de flore. Sa partie marine hébergeait jadis la dernière colonie de phoques moines et continue d’être une zone de reproduction du grand dauphin (Tursiops truncatus). Les grottes désormais désertées par les phoques, continue de servir de lieu de vie pour plusieurs espèces de chauve-souris dont plusieurs ne vivent nul par ailleurs est sont inféodé à la région. Le site est également un haut lieu de passage des oiseaux migrateurs. Près d’une quarantaine d’espèces s’y réfugient avant de continuer leurs migrations.

Flore

La flore du site des trois fourche est exceptionnelle. Plus de 42% de la flore y est constituée d’espèces endémiques dont de nombreuses plantes aromatiques et médicinales et d’autres ayant un intérêt économique. Ainsi, parmi les espèces recensées figurent: l’amandier, le pin d’Alep, le figuier, le caroubier, la lavande dentée, le chêne Kermes, le thuya ou encore le figuier de barbarie…

Avifaune

Situé dans l’axe de passage des oiseaux migrateurs, le site des trois fourches héberge quelque 69 espèces dont 19 hivernantes. L’avifaune des habitats humides côtiers se compose essentiellement de Laridés (goélands leucophée et/ou d’Audouin avec passage possible du goéland brun). D’autres espèces liées à l’eau fréquentent le site pendant les périodes de migration: mouettes pygmée et tridactyle, sternes voyageuses et naine, huitrier-pie; puffin cendré, puffin de Méditerranée, océanite tempête, grand cormoran, cormoran huppé, héron cendré ou encore le balbuzard pêcheur. Il est également possible de rencontrer des espèces comme le faucon crécerelle, le traquet rieur ou encore le merle bleu grâce à la nature accidentée des terrains géologiques qui offrent des escarpements que ces espèces utilisent comme refuges.

Herpetofaune

Le Cap des fourche grâce à sa situation isolée constitue un vrai sanctuaire pour les reptiles et amphibiens. Quelques espèces rares et endémiques y trouvent refuge comme le seps rifain et la petite vipère de Lataste. Le cap est aussi une limite biogéographique pour certains espèces saharienne, comme la couleuvre de Shokar.

Mammifères

Quelques mammifères fréquentent également la partie terrestre du Cap des trois fourches. Deux parmi eux sont endémiques: le macroscélide de Roset et la musaraigne de Whitaker. Loup africain, le chat ganté, la genette ou encore la belette de Numidie peuvent aussi se retrouver dans se territoire.

Milieu marin

Le Cap des trois fourches est une zone de transition et de coexistence de faune et de flore appartenant à deux domaines biogéographiques distincts, l’Atlantique et la Méditerranée. Il possède une grande richesse de formations coralligène et d’habitats pour des espèces menacées ou en régression, sensibles à l’altération de leur habitat, comme celles des algues du genre Cystoseira.

Plus de 133 espèces d’invertébrés, et quelques 18 espèces de poissons -doit quatre migratrices: l’anguille, la dorade royale, l’espadon et la grande vive- ont été identifiés dans la partie marine du Cap des trois fourches. Le dauphin commun, le grand dauphin et le rorqual commun ont aussi été observés dans la zone. Enfin, concernant les reptiles marins, seules semble fréquenter la zone la tortue caouane.

Le Cap des trois fourches est définitivement en site de grand intérêt écologique et biologique. Le préserver est synonyme de préserver un Patrimoine Naturel remarquable unique.

Plus d’information? téléchargez ici le rapport de caractérisation écologique du Cap des trois fourches (PDF)

A propos O.A

O.A
Fondateur d'Ecologie.ma, Oussama Abaouss est un journaliste spécialisé dans le patrimoine naturel du Maroc. Membre du Groupe d’Etudes et de Recherches des Écologistes Sahariens (GERES), et du GOMAC (Groupe Ornithologique du Maroc), il est également fondateur de "la tribu des écolos du Maroc".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.