Le busard des roseaux

Le busard des roseaux (Circus aeruginosus), en Darija « Saaf », « Siwana » en Amazigh « Asiwan » ou encore « Tmada », est une espèce de rapaces diurnes (il est actif pendant le jour).

 

C’est le plus grand des 3 busards qu’on trouve au Maroc (48-56 cm/ envergure 120-138 cm). Sa tête et son corps sont fins, sa queue est longue et étroite, légèrement arrondie. Le mâle est reconnaissable à son plumage brun-roux. Ses ailes sont grises avec des bouts noirs. Sa queue est grise. La femelle est entièrement brune à l’exception du haut de la tête, de la gorge et l’avant de l’aile, qui sont beige pâle.

 

Photo: Ecologie.ma

Au Maroc on trouve les deux sous espèces connues de busards des roseaux. Dans le nord du pays se reproduit localement assez fréquemment la sous espèce C.A.harterti, qui semble relativement commune dans la région toute l‘année. La sous espèce européenne C.A.aeruginosus se rencontre fréquemment en migration et hivernage, surtout dans le nord et l’ouest du pays, où elle est aussi localement commune.

L’espèce a un régime alimentaire plutôt opportuniste : Le busard des roseaux chasse les proies faciles, se nourrit de petits mammifères, oiseaux, poissons, reptiles, amphibiens, et insectes. Il peut aussi parfois, se nourrir de charognes surtout en période hivernale.

Il niche souvent au sol dans les zones humides, particulièrement les roselières, mais également dans d’autres types d’habitats humides. En migration, il fréquente les côtes et la campagne ouverte, mais jamais loin de l’eau.

Les couples de Busard des roseaux se forment dès la fin de l’hiver, certains étant en grande partie fidèles d’une saison à l’autre.

La période de reproduction du Busard des roseaux s’étend des mois de mars -période à laquelle les oiseaux effectuent des parades aériennes particulièrement spectaculaires et sonores et lorsqu’ils effectuent les premiers transports de matériaux pour le nid- au mois d’août, lorsque les derniers jeunes oiseaux acquièrent leur indépendance.

Le busard des roseaux vole à faible hauteur avec les pattes pendantes et les ailes relevées en « V ».

Les populations de Busards des roseaux souffrent de l’assèchement des lagunes et des roselières. La destruction de l’habitat avec le drainage des marais provoque des déclins dans cette espèce. Les pollutions diverses, la collecte des œufs, les empoisonnements, les dérangements au nid et la prédation par les renards sont d’autres menaces non négligeables.

Photos: O.A/ecologie.ma
Bibliographie :
Oiseaux du Maroc (Groupe ornithologique du Maroc)
http://educatif.eau-et-rivieres.asso.fr/
http://www.cebc.cnrs.fr/
http://www.oiseaux-birds.com/

A propos O.A

O.A

Fondateur d’Ecologie.ma, Oussama Abaouss est un journaliste spécialisé dans le patrimoine naturel du Maroc. Membre du Groupe d’Etudes et de Recherches des Écologistes Sahariens (GERES), et du GOMAC (Groupe Ornithologique du Maroc), il est également fondateur de « la tribu des écolos du Maroc ».