WWF: La Méditerranée risque de devenir «une mer de plastique»!

Selon un nouveau rapport du WWF publié ce 8 juin, la mer Méditerranée se transforme en un dangereux piège en plastique, avec des niveaux record de pollution par les micro-plastiques menaçant les espèces marines et la santé humaine.

 

Coïncidant avec la Journée mondiale des océans, le rapport du WWF, intitulé « Pollution plastique en Méditerranée, sortons du piège ! », s’inquiète des conséquences dramatiques d’une utilisation excessive de plastique, d’une mauvaise gestion des déchets et du tourisme de masse dans l’une des régions les plus visitées dans le monde et présente une feuille de route détaillée des actions urgentes que les institutions, les entreprises et les citoyens doivent entreprendre pour empêcher les déchets plastiques d’atteindre la mer.

Aujourd’hui, le plastique représente 95% des déchets flottant en Méditerranée et reposant sur ses plages. La plupart de ces plastiques sont rejetés dans la mer par la  Turquie et l’Espagne, suivis par l’Italie, l’Égypte et la France, les touristes visitant la région augmentant les déchets marins de 40% chaque été.

De grandes pièces de plastique blessent, étouffent et tuent des animaux marins, y compris des espèces protégées et en voie de disparition, telles que les tortues de mer et les phoques moines. Mais ce sont les microplastiques – fragments plus petits et plus insidieux – qui ont atteint des niveaux records de concentration de 1,25 million de fragments par km2 en Méditerranée, presque quatre fois plus que dans «l’île de plastique» du Pacifique Nord et qui, entrant dans la chaîne alimentaire, menacent aussi bien les espèces animales que les personnes.

ce sont les microplastiques – fragments plus petits et plus insidieux – qui ont atteint des niveaux records de concentration de 1,25 million de fragments par km2 en Méditerranée ( Ph Ecologie.ma)

 

Selon le rapport, les retards et les lacunes dans la gestion des déchets plastiques dans la plupart des pays méditerranéens sont parmi les causes profondes de la pollution plastique. Par exemple, sur les 27 millions de tonnes de déchets plastiques produits chaque année en Europe, seul un tiers est recyclé et la moitié des déchets plastiques en Italie, en France et en Espagne se retrouvent dans les décharges. Les plastiques recyclés ne représentent actuellement que 6% de la demande en plastique en Europe.

Le WWF exhorte les gouvernements, les entreprises et les particuliers à adopter un certain nombre de mesures visant à réduire la pollution par les plastiques dans les environnements urbains, côtiers et marins en Méditerranée et dans le monde.

Ces principales mesures sont :

  • l’adoption d’un accord international juridiquement contraignant pour éliminer les rejets de plastique dans les océans, soutenu par de solides objectifs nationaux visant à obtenir 100% de déchets plastiques recyclés et réutilisables d’ici 2030 et des interdictions nationales pour les articles en plastique à usage unique.
  • un appel aux entreprises à investir dans l’innovation pour une utilisation plus efficace et durable du plastique.

Contexte:

  • Le bassin méditerranéen (zone côtière) abrite 150 millions de personnes, qui produisent parmi les plus grandes quantités de déchets urbains solides par habitant, entre 208-760 kg par an. Les touristes d’été en Méditerranée génèrent une augmentation de 40% des déchets marins. Les débris sont également transportés en mer par les rivières, principalement le Nil, l’Ebre, le Rhône, le Pô et les rivières Ceyhan et Seyhan en Turquie.
  • La Méditerranée représente 1% des eaux mondiales mais englobe 7% des microplastiques mondiaux;
  • L’Europe (UE 28+ Norvège et Suisse) est le deuxième plus grand producteur de plastiques au monde (après la Chine), avec pour résultat: 27 millions de tonnes de déchets plastiques produits chaque année, et :  70 à 130 000 microplastiques (fragments de moins de 5 mm) et 150 à 500 000 tonnes de macroplastiques (l’équivalent de 66 000 camions à ordures en plastique) déversés chaque année dans la Méditerranée et dans d’autres mers européennes
  • La pollution plastique peut affecter les secteurs économiques clés de la Méditerranée, en particulier la pêche et le tourisme. Selon les estimations, les déchets marins coûteraient 61,7 millions d’euros chaque année à la flotte de pêche de l’UE, en raison de la réduction des captures de poissons, des dommages aux navires ou de la réduction de la demande de produits de la mer.

Impacts de la pollution plastique sur la faune en Méditerranée:

  • 134 espèces (poissons, tortues de mer, mammifères et oiseaux de mer) sont victimes de l’ingestion de plastique;
  • On estime que 18% du thon et de l’espadon contiennent des débris de plastique dans leur estomac – principalement de la cellophane et du PET;
  • Toutes les espèces de tortues de mer vivant en Méditerranée ont ingéré des plastiques. Jusqu’à 150 fragments de plastique ont été trouvés dans certains spécimens;
  • On estime que 90% des oiseaux de mer dans le monde ont des fragments de plastique dans leur estomac;
  • Les débris de plastique dans l’environnement marin, y compris les granulés de résine et les fragments de plastique microscopiques, contiennent des contaminants tels que pesticides, phtalates, PCB et bisphénol A. Les contaminants plastiques entrent dans le corps et interfèrent avec les processus biologiques importants ou altèrent les hormones.
  • Plus de 56% du plancton est fortement contaminé dans le sanctuaire des cétacés de Pelagos (dans le nord-ouest de la Méditerranée). Les concentrations de phtalates trouvées dans les tissus des rorquals communs étaient jusqu’à 4 à 5 fois plus élevées que celles des baleines provenant de zones où les niveaux de contamination étaient plus faibles.
Telechargez le le rapport « Pollution plastique en Méditerranée, sortons du piège ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.