Serpents et vipères: que faire en cas de morsure?

Beaucoup semblent détester les serpents et vipères. Pourtant, ces reptiles jouent un rôle irremplaçable au sein des écosystèmes où elles évoluent. Tous ne sont pas venimeux et la réalité de ces êtres vivants mal-aimés ne peut se réduire à l’image caricaturale du rampant vicieux et sournois. Brahim Bakas, président du Groupe Ornithologique du Maroc et naturaliste émérite qui ne cesse d’arpenter les sentiers et écosystèmes du royaume a bien voulu partager quelques informations utiles sur les serpents et vipères du Royaume… Suivez le guide!

 

 À chaque début d’été, avec les vacances et les sorties dans la nature qui coïncident avec la période de l’activité des serpents, tout le monde parle du danger qu’ils constituent, et l’attitude de crainte et de haine contre ces belles créatures se retrouve augmentée… sans justification.

La belle et inoffensive couleuvre de schokar (Psammophis schokari), photo B. Bakas, prise dans région de Sidi Kaouki

Dans cet article basé sur mes lectures et mes propres expériences dans la nature, j’espère un tant soit peu rassurer et réconcilier le lecteur avec les serpents et aussi, contribuer à l’instauration d’une culture respectueuse de la nature et de l’environnement. J’ai aussi inclus quelques recommandations pour la conduite à tenir en cas de morsure, et des conseils pour justement éviter ce genre d’accidents. En premier lieu, sachons déjà faire la différence entre couleuvres -inoffensives- et vipères -potentiellement dangereuses car porteuses de venins-…

Comparaison entre couleuvres et vipères .

Grosso-modo, en plus du cobra, deux types de serpents vivent au Maroc; les vipères et les couleuvres :

Représentées par une vingtaine d’espèces, les couleuvres ne constituent aucun danger pour l’humain (la couleuvre de Montpellier et la couleuvre de Chokar ont des crochets au fond de la bouche et un venin faible pour immobiliser leurs proies), les couleuvres sont rapides et élancées et se reconnaissent par leurs pupilles rondes, des grandes écailles sur la tête et une queue longue et fine.

Pupille ronde
Grandes écailles sur la tête
Queue Longue et fine

On reconnaît les vipères par leurs têtes triangulaires, leurs pupilles verticales, des petites écailles sur la tête et une queue courte in épaisse. Représentées par six différentes espèces, les vipères sont venimeuses et toutes peuvent représenter un danger pour les humains en cas de morsure, mais le degré de dangerosité varie selon l’espèce; depuis la grande (et très dangereuse) vipère du Maghreb jusqu’à petite (et moins dangereuse) vipère de l’Atlas.

Pupilles verticales
Petites écailles sur la tête
Queue courte et épaisse

Serpents du Maroc

Au Maroc, il existe une bonne variété d’espèces de serpent, mais malheureusement beaucoup deviennent de plus en plus rares: ils sont victime de braconnage, des spectacles des charmeurs, d’accidents sur les routes et surtout tués par les gens.

vipère à cornes inféodé aux écosystème saharien (photo B.Bakas, région de Mhamid Lghezlan)

Ci dessous la liste des serpents du Maroc, en français et latin:

1- Cobra d’Afrique (Naja haje),                                          ( Très dangereux en cas de morsure)

2- Vipère du Maghreb (Daboia mauritanica ),                (Très dangereux en cas de morsure)

3- Vipère heurtante ( Bitis arietans),                                  (Très dangereux en cas de morsure)

4- Echide à ventre blanc (Echis leucogaster ),                  (Très dangereux en cas de morsure, très rare)

5-Vipère à corne  (Cerastes cerastes),                                 (Très dangereux en cas de morsure)

6-  Vipère de l’Erg (Cerastes vipera),                                   (Dangereux en cas de morsure)

7-Vipère de l’Atlas (Vipera monticola),                               (Dangereux en cas de morsure)

8- Couleuvre de Schokar (Psammophis schokari ),

9- Couleuvre de Moila (Rhagerhis Moilensis ),

10- Couleuvre de Monpelier ( Malpolon monspessulanus),

11- Couleuvre de monpelier orientale ( Malpolon insignitus),

12-Couleuvre commune d’Afrique ( Boaedon fuliginosus) ,

13-Couleuvre à diadème du Maghreb (Spalerosophis dolichospelus),

14-Couleuvre à diadème de Cliffort (Spalerosophis diadema ),

15-Couleuvre d’Algerie (Hemorrhois Algirus ),

16-Couleuvre fer à cheval ( Hemrrhois hippocrepis),

17-Couleuvre à Capuchon d’Abubaker (Macroprotodon Abubakeri ) ,

18-Couleuvre à capuchon occidentale (Macroprotodon brevis),

19- Couleuvre mangeuse d’œufs ( Dasypeltis sahelensis),

20- Couleuvre-chat à tête noire ( Telescopus tripolitanus),

21- Lytorhynque à diadème ( Lytorhynchus diadema),

22- Couleuvre girondine ( Coronelle girondica) ,

23-Couleuvre à collier (Natrix natrix ),

24-Couleuvre vipérine (Natrix maura ),

25-Boa javelo (Eryx jaculus ),

26-Liptotyphlops d’Algérie (Myriopholis Algeriensis ).

Comment se protéger

L’inoffensivement couleuvre de Montpelier. Photo B.Bakas, région de Demnat

Il faut d’abord savoir que, venimeux ou non, les serpents n’attaquent jamais délibérément, et ont plutôt tendance à fuir l’homme. Dans la nature en général et les écosystèmes sahariens en particulier, un certain nombre de principes et de mesures sont à prendre pour ne pas les déranger et pour se protéger contre d’éventuelles morsures :

  • Dans un écosystème saharien, éviter de marcher pied nu ou avec des tongs dans les hautes herbes, et à côté des buissons.
  • Utiliser une lampe de poche ou une frontale pour vos déplacements nocturnes.
  • Éviter de camper près des végétations denses et des buissons (désert) et éviter de verser l’eau près de votre campement.
  • Ranger bien votre nourriture (mal rangée elle attirera les rongeurs, proies préférées des serpents)
  • Éviter de tourner les pierres.
  • Ne pas toucher les serpents, vaut mieux les observer sans les déranger.
  • Secouer, les herbes et les buissons avec un bâton avant toute activité de jardinage, de cueillette, cela éloigne les serpents s’il y en a.
  • Marcher à pas appuyés si vous êtes en randonnée, mais il est encore mieux de ne pas quitter les sentiers
  • Ne jamais tuer un serpent sauf cas de force majeure.

Ce qu’il faut  faire en cas de morsure:

Vipère de l’Atlas, Photo B.Bakas, région de l’Oukaimden

En cas de morsure, un certain nombre de mesures sont à prendre:

  • Essayer de calmer la victime et appeler les urgences pour un transfère immédiat à l’hôpital .
  • Rester allongé et calme (toute agitation favorise la diffusion du venin)
  • Laver la plaie avec du savon ou avec un antiseptique .
  • Enlever les bagues, la montre les bracelets du membre mordu, un œdème peut apparaître après la morsure .
  • Éviter la succion de la plaie qui est sans efficacité et qui peut être dangereuse pour celui qui la pratique.
  • Éviter les garrots (peuvent provoquer de graves nécroses)
  • Éviter d’inciser la plaie .
  • Pas question d’utiliser les aspivenins, ils sont  inefficaces pour les morsures de vipères
  • Éviter tout traitement traditionnel qui ne peut que compliquer la situation .
  • Prendre si possible une photo du serpent, cela peut faciliter la tache des services des urgences.

A savoir que dans un cas de morsure sur deux, les vipères peuvent mordre sans injecter aucun venin(morsure sèche), à savoir aussi que les hôpitaux ont ces dernières années des traitements anti-venin de très bonne qualité.

Pourquoi l’activité des charmeurs de serpent doit être interdite

Jemaa Lefna, Cobra au milieu de plusieurs  vipères heurtantes. Tous ont eu les crocs arrachés 

Le Maroc ayant choisi de se lancer dans la protection de la nature doit sans tarder interdire toute activité de charmeurs de serpents pour les raisons suivantes:

  • Faire des spectacles avec des serpents les stresse, les éloigne de leur milieu naturel, les privent de leur hibernation, de leur régime alimentaire naturel et augmente ainsi leur taux de mortalité.
  • Les charmeurs de serpents préfèrent les grands serpents tels que le cobra et la vipère heurtante, ce qui diminue leurs effectifs dans la nature et les met en danger de disparition.
  • Les braconniers et les charmeurs de serpents sont exposés au danger de morsure par de vipères et les cobras lorsqu’ils vont les chercher dans leurs habitats naturels.
  • Pour émerveiller les spectateurs, les charmeurs de serpent diffusent des superstitions et de fausses idées sur les serpents, ce qui augmente la crainte et la méfiance des gens envers ces derniers.

Quelques points sur les serpents et vipères

Les couleuvres vipérines vivent souvent prés des point d’eau où elle chasse des batraciens ou des petits poissons. Photo B. Bakas, région de l’Oukaimden
  • Ils se nourrissent essentiellement de rongeurs, d’oiseaux et de lézards, et peuvent être la nourriture d’un certain nombre de rapaces  et de quelques mammifères, ils participent à l’élaboration d’un écosystème bien équilibré.
  • Ils sont sourds et ont une faible vision, mais peuvent détecter la présence du danger par les vibrations du sol.
  • Ils n’attaquent jamais et se cachent à la moindre présence du danger.
  • Ils sont des hibernants, ils passent une partie de l’année endormis.
  • C’est des reptiles à sang froid, ils s’exposent au soleil souvent sur des rochets pour prendre la chaleur en saison fraîche, mais préfèrent bouger la nuit en période de très hautes températures.
  • C’est en avril et mai qu’ils sont plus actifs, cela coïncide avec la fin de l’hibernation et avec le début de la saison des accouplements.
  • Pour se défendre, les serpents ont développés un certains nombres de manières: s’enfuir vite, se gonfler, se frotter les écailles, élargir le cou (cobra et couleuvre de Moila), faire semblant de vouloir mordre)
  • Un serpent venimeux a besoin de son venin pour immobiliser les proies et pour bien les digérer,et ne va pas mordre que lorsqu’il se sent vraiment en danger…

A propos Brahim Bakas

Brahim Bakas
Naturaliste et consultant en environnement, Brahim Bakas est actuellement président du Groupe Ornithologique du Maroc (GOMAC)
  • Pierre Bagur

    C’est quoi cet article ? Pas un mot de la couleuvre vipérine ! La plus répandue dans l’Atlas ! Et remarquable car sous un look de simili serpent à sonnettes c’est une couleuvre,elle ne possède pas de crochets !

    • ecoloma

      C’est quoi cet article? c’est une contribution bénévole à un site participatif. Si vous avez des remarques, corrections ou compléments d’informations ils seront aussi les bienvenus. Pour la couleuvre vipérine elle est citée dans a liste et dans une légende de photo. Cela dit, l’article n’est pas une publication scientifique exhaustive mais un contenu de vulgarisation destiné au grand public.