Taghrat Ankrim: la Vallée du Paradis

 

La majorité des visiteurs d’Agadir ignorent que la ville dispose d’un arrière pays aussi riche qu’inexploré. Les plantations d’orangers de Taroudant, la palmeraie de Tiout, la route des amandiers de Tafraout et les forêts d’arganiers encerclées par l’Océan Atlantique et les derniers remparts du Haut Atlas ne sont généralement visitées que par les autochtones. La Vallée du Paradis fait partie de ces joyeux trop peu exploités dans le cadre d’un tourisme écologique qui pourtant propose une palette de circuits.

De son véritable nom « Taghrat Ankrim » en Amazigh, Paradise Valley a été baptisée ainsi par un couple allemand qui, tombé malade, y séjourna  pendant 6 mois et repartit complètement guéri. L’endroit fût également un important point de rassemblement pour les hippies durant les années 1960, en pleine période Flower Power.

L’étroite vallée verte, qui longe l’Oued Ankrim sur une distance de 7 kilomètres, a longtemps été une oasis de quiétude connue des initiés  uniquement. Mais depuis son aménagement par le Département du Tourisme avec l’assistance de l’USAID, la vallée paradisiaque dispose désormais d’un sentier pédestre de 3 kilomètres au grand bonheur des amoureux de la randonnée, de deux parkings, d’une aire de repos et de panneaux  d’indications et de signalisations. Le site est revitalisé et offre à ses visiteurs une vue imprenable, un air pur et une végétation unique. Des palmiers dattiers, des oliviers, quelques figuiers et bananiers, et en été toutes les plantes caractéristiques du climat aride. Des lauriers-roses envahissent le lit de l’Oued, tandis que des plantes médicinales et aromatiques poussent sur les flancs des montagnes.

Ce milieu naturel se doit d’être protégé et il est du devoir de chaque visiteur de respecter des consignes aussi simples que l’utilisation de sacs poubelles pour les déchets. Il est primordial de suivre les sentiers tracés en évitant de marcher sur les terrains cultivés, et de ne surtout pas cueillir de fleurs sauvages, de déranger les animaux, de polluer les sources d’eau, de couper du bois ou encore de provoquer des incendies !

Informations pratiques :

Distance : 30 kilomètres d’Agadir, la voiture étant le meilleur moyen de transport
Longueur du sentier pédestre : 2,7 kilomètres
Altitude : Entre 305 et 540 mètres du niveau de la mer
Durée de l’excursion : Prévoir 90 minutes à pas moyen et sans arrêts pour la descente et 200 minutes dans le sens inverse.
Terrain : Accidenté, rocailleux et parfois difficile, prévoir donc des chaussures appropriées
Niveau de difficulté du parcours : Moyenne à cause du terrain escarpé et de la chaleur en été, à rappeler qu’il n’est pas nécessaire de finir le parcours et qu’il faut envisager une ou plusieurs haltes en chemin.

 

Source: www.lescheminsdumaroc.com
Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.