Elephantus
Macroscelide de Rozet

Elephantulus rozeti

Elephantus rozeti ( ou macroscélide de Rozet) est une petit rongeur qui vit dans les zones semi-arides et arides du nord Sahara et du Maghreb. Au Maroc on peut en trouver à Taourit, dans la vallée du Guir,  à Tata, à Tarfaya, ou encore à Goulimine.

Petit mammifère à longue queue et à grandes oreilles dressées, recouvert de poils longs et souples. Grands yeux noirs saillants. Cette espèce se caractérise par un museau très allongé, en forme de trompe longue et étroite, mobile. Les pattes postérieures sont allongées et adaptées au saut. Chaque membre se termine par cinq doigts ; cependant, le premier orteil est très petit et excentré. Au contraire des gerboises, les soles plantaires sont glabres. La queue présente généralement un renflement médian. La coloration générale est claire, variant du gris brun au beige rosé.

Midlet_E_rozeti

Espèce solitaire, pouvant former localement de petites colonies. Les macroscélides sont actifs aussi bien le jour que la nuit. Ils deviennent crépusculaires en été. A la pleine lune, ils sont nocturnes. Leur activité semble s’arrêter à +5°C et, en hiver, ils ne sont actifs que pendant les journées les plus chaudes.

Malgré des membres postérieurs très développés, les macroscélides se déplacent plutôt en courant ou marchant, qu’en sautant.

Leur régime est principalement insectivore (fourmis, criquets, cloportes, scorpions) mais il leur arrive de consommer des cadavres de petits vertébrés.

Ils ont été observés dans des régions peu accidentées, arides. Ils fréquentent des biotopes rocailleux ou rocheux mais a été signalé dans des dunes ou des zones de limons.(un limon est une formation sédimentaire dont les grains sont des silts, grains de taille intermédiaire entre les argileset les sables)

Il y a un à deux jeunes par portée. Ils sont nidifuges. Ce macroscélide peut vivre trois ans en captivité.

Cette espèce se rencontre dans les zones semi-arides et arides du nord Sahara et du Maghreb. Au Maroc on peut en trouver à Taourit (Heim de Balsac 1947), dans la vallée du Guir,  à Tata, à Tarfaya (Seguignes 1988), ou encore à Goulimine.

 

Infos: http://www.cons-dev.org

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

Région de Guelmim: Harmush sur les traces du caracal (podcast)

Très discret, le caracal fait partie des espèces les plus difficiles à observer. Thomas Lahlafi …

Les 3 pins du Maroc

Le genre Pinus est représenté au Maroc par trois espèces : le Pin d’Alep, le Pin …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.