L’ours de l’Atlas (espèce éteinte en 1870)

 

L’Ours de l’Atlas (Ursus arctos crowtheri ou Ursus crowtheri) est une sous-espèce éteinte de l’ours brun, jadis présente dans l’Atlas, de la Tunisie au Maroc. Les derniers individus sont semble-t-il morts à la fin du XIXe siècle.

 

D’après les descriptions des XVIIIe et XIXe siècles, l’ours de l’Atlas était plus petit que les autres ours bruns, avec un museau plus plat et une fourrure presque noire. Certains considèrent l’ours de l’Atlas comme une espèce en soi (Ursus crowtheri) mais cette hypothèse est impossible à vérifier, car aucun individu n’a été conservé.

 

l’ours de l’Atlas sur une mosaïque romaine à Volubilis (oualili
l’ours de l’Atlas sur une mosaïque romaine à Volubilis (oualili)

Les sources romaines indiquent que l’animal était très courant dans les montagnes de l’Atlas, alors recouvertes de forêts de pins. On en trouve des représentations dans les mosaïques de la région et il est probable que de tels ours fussent utilisés dans les arènes. Les premières descriptions scientifiques de l’animal datent du XVIIIe siècle mais la population était déjà très réduite car les ours avaient été chassés et leur habitat détruit. Le roi du Maroc en possédait un vers 1830 et un autre fut donné au jardin zoologique de Marseille : c’est ce dernier individu qui fut étudié scientifiquement, afin de donner un nom scientifique à la sous-espèce. Le dernier spécimen semble avoir été tué à la frontière maroco-algérienne dans les années 1870.

Dans l’antiquité:

« Un ours est dessiné dans le secteur occidental jouxtant les deux compartiments détruits. Sa morphologie est d’emblée reconnaissable ; il s’agit d’un quadrupède lourd, au cou massif, au museau en cône tronqué et dont la queue est rudimentaire. Les pattes sont puissantes et leurs plantes s’étalent largement sur le sol, en assurant un appui solide. Contrairement à Hérodote et à Martial qui font allusion à des « ours libyens », Pline a contesté l’existence de plantigrades en Afrique. Il est cependant indéniable qu’une variété locale de l’ours brun (Ursus arctos) a vécu au Maroc. Cet Ursus arctos crowtheri, descendant « d’immigrés » venus d’Espagne avant l’ouverture du détroit de Gibraltar, a fort bien pu inspirer le mosaïste de la maison d’Orphée. »

Compléments et dossiers:

Le site de l’institut virtuel de Cryptozoologie contient en dossier remarquablement riche à propos de L’ours de l’Alas.

en voici le lien:      http://cryptozoo.pagesperso-orange.fr/dossiers/ours_atlas.htm

Maroc Écologie

GRATUIT
VOIR