Nouveau plan d’action pour la conservation de la grande outarde au Maroc

 

Bien que la grande outarde (Otis tarda) soit une espèce protégée par la législation Marocaine, sa population a connu un important déclin (d’au moins 55%) au cours des 15 dernières années. Ainsi, une stratégie de conservation et un plan d’action pour préserver la grande outarde au Maroc au cours des 10 prochaines années ont été élaborés par le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification et le Centre de Coopération pour la Méditerranée, en collaboration avec des experts de la commission de l’UICN et des Membres de l’UICN au Maroc tels que GREPOM, ainsi que d’autres organisations internationales, en conformité avec l’approche «un seul programme» de l’UICN.

 

Selon les experts, la situation de la grande outarde au Maroc est si critique qu’une hiérarchisation des actions urgentes à prendre, qui détaille les échéances et les responsabilités de chacun, doit être mise en œuvre dans les deux à trois prochaines années, pour ainsi arriver à inverser cette tendance. Les principales menaces qui pèsent sur les grandes outardes au Maroc sont : le risque de collision avec diverses infrastructures, notamment, les lignes électriques, l’intensification de l’agriculture, la chasse illégale (ou braconnage), ainsi que différentes formes de perturbations telles que la fragmentation de l’habitat.

Subséquemment, six axes d’intervention ont été identifiés pour faire face à ces menaces et qui sont :

1- mettre en place des capacités de surveillance;

2- réduire au minimum les collisions avec les infrastructures;

3- sécuriser l’habitat des sites clés abritant l’outarde;

4- renforcer la sensibilisation et la valorisation ;

5- mener des activités de recherche et de suivi

6- utiliser des mécanismes de financement durable pour pouvoir implémenter ces recommandations;

La population marocaine de la grande outarde, une espèce classée comme étant Vulnérable selon la Liste rouge des espèces menacées  de l’UICN™, est faible et en déclin, avec une population d’environ 40 à 50 oiseaux. Les outardes se reproduisent principalement dans deux zones de reproduction et sont limitées à trois divisions géographiques du Maroc (la péninsule de Tanger, le Rharb et le Prérif). Cette population est la seule population de grandes outardes présentes en Afrique, et elle représente également la limite sud de sa répartition.

Une stratégie pasé sur 70 actions:

« Effectivement, la stratégie contient 70 actions et notre principal et plus pressant objectif est que les leks clés d’Araoua et de Tleta-Rissana soient protégés par les désignations nationales appropriées et par le soutien d’une communauté forte et engagée d’ici 2020 » a dit Zouhair AMHAOUCH, Chef de la Division des Parcs et Réserves Naturelles du Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification.

« Certaines des communautés locales, qui se trouvent dans l’aire de répartition de la grande outarde, sont fières de partager leurs terres avec elles : des initiatives sur le terrain sont donc essentielles à cette stratégie de conservation. Les gens pourront donc faire une différence pour eux et pour la conservation de cette espèce emblématique » a dit Violeta Barrios, Coordinatrice du projet sur les stratégies de conservation au sein du Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’IUCN.

Dans un avenir proche, le HCEFLCD travaillera avec le secteur privé pour développer ensemble des solutions conjointes qui devraient contribuer à réduire les collisions entre les outardes et les infrastructures de transport d’électricité.

 

Source: UICN
  • lire l editorial de mon fils abdou nakata ben attabou s ô s
    malabar tanger publier sur mon site

    • vous avez un lien vers l’edito en question?

  • nouveau plan d action pour la
    conservation de l homme dans
    sa grandeure et sa bonte

  • Pourquoi nos voisins les espagnols ont largement réussi à gérer et à protéger la grande outarde à tel point que ses populations nombreuses ont poussé les chasseurs à demander de permettre sa chasse?

    • connessez vous les chasseurs
      marocains c est un lobis

    • comparer un pays démocratique avec le Maroc une aberration

    • Lorsqu’on veut protéger on le fait, quand aux chasseurs, ils n’interviennent que lorsqu’il y a un vide. Et c’est normal pour les braconniers.

    • je compare pas deux démocratie
      je parle de chasse et chasseurs
      la chasse est une éducation avant
      qu elle soit plaisir pour les uns
      et sport pour les autres
      nos ancêtres étaient des chasseurs mais la différence c est
      qu ils savait l existence d un equi libre dans la nature entre forêt et
      faune
      c est le fils d ùn chasseur qui comminicus avec vous
      les chasseurs actules dont je parle
      c est ceux qui ont organiser la chasse à nos forêts nous riades
      la liste est longue
      le pbleme de la démocratie est
      un grand chantier

  • j ai pas comparé les democraties
    j ai parler des chasseurs mois fils
    d ùn vieux chasseur qui connaissait et rspectait la faune
    la flore et la nature dans sa beaute