Photos: trois jeunes canis (?) dans l’anti atlas

Ali Irizi a encore frappé. Cette fois il s’agit de trois louveteaux quelque part dans l’anti Atlas. Cette fois encore la photo ne manque pas de susciter questions et émerveillement.

Au delà de la photo, les commentaires de naturalistes sur la photo sont assez édifiant. S’agit il de loups ou de chacals?  A la question quel est le nom scientifique de l’espèce sur la photo, plusieurs réponses différentes ont fusées : Canis lupus lupaster (loup africain) , Canis anthus (Chacal du Sénégal) , canis aureus (chacal doré) voire Vulpes vulpes (renard roux)…

Quelques commentaires:

-« Nous voici avec 4 propositions ! Cette affaire n’est pas très claire, avouons-le ! » 

-« Ces dernières années, des chercheurs (au Maroc, mais aussi au Mali et au Sénégal), ont découvert que certains canidés que l’on prenait précédemment pour des chacals (canis aureus) étaient en fait des loups (canis lupus lupaster). La question de la cohabitation éventuelle des deux espèces au Maroc n’est pas tranchée »

-« Pour en avoir parler directement avec les chercheurs qui l’ont publié, l’ancien Chacal doré, observable relativement souvent, serait en fait le Canis Anthus. Mais la présence plus rare de Canis lupus lupaster est également suspectée.  Si je ne dis pas de bêtises ce dernier serait plus gros et plus sombre que C. Anthus. La taxonomie reste tjrs fluctuante mais pour Canis anthus, 2 équipes différentes sont arrivés en même temps à la même conclusion que ce « Dib » n’était ni un C. Aureus, ni un C lupus. Les espagnols, plus rapides l’ont publié mais l’autre équipe a réalisé un travail vraiment complet paraît-il sur les canidés Méditerranéens »

-« Voilà qui est plus clair ! Et aussi très complexe. Le recours aux analyses génétiques semble nécessaire pour trancher la question. En tout cas, la présence du « Loup » d’Europe ne semble pas encore prouvée au Maroc, ni actuellement, ni anciennement… »

Ce qui est certain dans cette discussion c’est que l’intérêt de pouvoir classer ces magnifique canidés, qui en 2016 continuent à donner du fils à retordre aux naturalistes et scientifiques, est plus que certain. Pour Ali Irizi la question mérite d’être étudiée et élucidée.

« Apparemment c’est un sujet qui mérite d’être mieux étudié. Ma première observation d’un « loup » je me suis posé la question : S’agit-il d’un loup ?? Pour moi et pour les gens que j’ai consultés c’était un loup, je ne suis pas un scientifique mais l’avoir vu de « près » avec son regard sa démarche, son gabarit, des détails comme sa bouche ouverte avec sa langue à l’extérieur. C’était l’image que j’avais du loup.

Le loup a longtemps été considéré comment inexistant dans le royaume (et jusqu’ à une date récente enseigné comme tel dans des écoles d’ingénieurs) les observations qui ont été rapportées parlaient du chacal.

Maintenant c’est le chacal qui n’existe plus au Maroc, je pense qu’il y a un grand vide au niveau de la prospection. Les locaux avec qui je discute lors de mes sorties m’affirment avoir vu des loups (plusieurs observations de loups m’ont été rapportées avec une parlant de plusieurs individus ! il ne faut pas tous croire mais il faut donner un crédit aux informateurs notamment les bergers), concernant le chacal je ne serais pas surpris d’apprendre sa découverte au Maroc!

La conclusion pour moi c’est que tant qu’il n’a y pas une VRAIE PROSPECTION sur le terrain ça reste des hypothèses. Il suffit de passer une semaine dans certaines zones pour avoir des surprises et c’est ça qui nous manque, personnellement j’aurais aimé faire ça mais j’ai un travail qui ne me laisser que des weekends et encore !.
Ce manque de prospection explique en partie la découverte d’espèce par des expéditions venues de l’étranger. Ces expéditions découvrent des « choses » car elles sont venues spécialement pour « LA PROSPECTION ».

Cette ignorance de notre patrimoine naturel va nous être fatal, car si cette photo de jeunes louveteaux est porteuse d’espoir, je peux aussi témoigner des atrocités qui sont commis envers ces créatures magnifiques, concernant les loups c’est surtout l’empoisonnement et le braconnage. Certains bergers nomades une fois installés utilisent systématiquement du poison pour éliminer tous prédateur aux alentours. Pas loin du terrier de ces louveteaux un cadavre d’un loup adulte et un jeune sont découvert morts empoisonnés (propos rapporté par un ami berger !)

C’est dans ce contexte qu’on a créer dernièrement une association (association des amis des rapaces), parmi ses activités c’est la prospection dans le cadre de randonnées , mais notre rêve c’est de participer à créer des espaces protégés dans l’Anti-Atlas où la nature retrouvera ses droits. »

 

  • à protéger !

    • ces animaux sont sujets a empoisonnement systématique de la part des bergers…

  • Je ne suis pas un spécialiste , mais à priori ce sont des chacals , car j ai eu l occasion d en apercevoir au cours de mes parties de chasse au sud du Maroc dans les années 80 .

  • Environnement maroc

  • Environnement maroc بيئة المغرب

  • M’hamed Marhouss