« SOS Oualidia » tire la sonnette d’alarme

SOS Oualidia lance une pétition et envoi une lettre ouverte aux autorités de la région pour leur demander de stopper d’urgence la destruction des dunes de Oualidia en voici le contenu:

« Lettre ouverte à Monsieur le Gouverneur de Sidi Bennour.

Monsieur le Gouverneur,

Vous présidez aux fonctions d’autorité majeure de l’Etat d’une province riche aussi bien en promesses qu’en défis. Je voudrais vous parler de la localité de Oualidia qui constitue l’ouverture maritime de notre province. Et quelle ouverture ! Oualidia est l’un des plus beaux sites du littoral atlantique marocain. Mon tropisme pour cette région, berceau de ma famille, me pousse à considérer même, que c’est le plus beau site du Maroc. Sa configuration géographique est unique et sa richesse écologique exceptionnelle.

Seulement, ce site est en proie à la prédation des hommes. Les grands chantiers d’infrastructures entrepris ces dernières années par l’Etat sous l’Egide de Sa Majesté, dont vous êtes le représentant, sont à saluer et témoignent de l’engagement incontestable de notre pays dans la voie du développement économique et social en général. Mais ces louables efforts, dans le cas de Oualidia, risquent d’être hypothéqués par des pratiques à priori anodines. En effet, Oualidia, comme vous le savez M. le Gouverneur a été gravement atteinte par l’énorme « hold up » de sable opéré il y a quelques années sur ses importantes dunes de la grande plage détruisant des hectares de végétation rare. Mais ce forfait irréparable pour les dunes de Oualidia ne s’arrête pas là hélas. Les dunes verdoyantes restantes continuent de subir la destruction systématique par les hordes de quads lancés librement à son assaut. Je vous invite M. le Gouverneur à aller marcher le long des crêtes de ces dunes, jadis entièrement couvertes de végétation, en partant des cabanes des pêcheurs, à côté de votre résidence, jusqu’à la plage de Korram Eddayf pour constater l’ampleur des dégâts. Ces engins, libres de passer partout ont taillé de grands passages, labourant le sable et affaissant les dunes, déracinant les végétations et précipitant leur mort. Un prix chèrement payé pour assouvir les bas instincts de défoulement de certains en leur donnant, pour un loisir avilissant, un permis de destruction sans limites. Quand on pense que les bergers montagnards ont pour habitude de ne jamais faire passer leurs troupeaux d’une année sur l’autre par les mêmes chemins de pâturage afin de préserver leur végétation… Nous, en guise de troupeau d’animaux bienfaisants, nous avons des hordes d’engins destructeurs et nos bergers, des marchands innocents ou inconscients, poussent leurs meutes de clients à user et abuser librement de notre fragile patrimoine écologique sans aucun scrupule ni de compte à rendre.

Pouvons-nous, en toute inconscience laisser ces engins libres de détruire sans restriction ? Le prix payé par la nature et par les habitants qui aspirent au calme est exorbitant au regard de l’apport réel de cette activité à l’économie locale. Ces engins, en effet, importés et payés en devises, consomment du carburant subventionné et n’emploient que très peu de gens. Ils n’ont aucun impact fiscal ou touristique sur l’économie de la commune. Une double peine pour la balance commerciale et pour la caisse de compensation de notre pays gravement déficitaires… Au-delà des aspects économiques, cette activité de quads constitue un fiasco généralisé pour la commune : un fiasco sur le plan des loisirs sauf à assouvir l’instinct de défoulement de certains, un fiasco sur le plan écologique par les effets destructeurs de ces engins, fiasco sur le plan de la qualité de vie des habitants par le bruit permanent et les poussières, fiasco sur le plan de la sécurité des estivants dont les nombreux enfants…

Aujourd’hui, Monsieur le Gouverneur, vous seul, êtes en mesure de stopper le massacre écologique de Oualidia par les quads et leurs nombreuses nuisances pour la quiétude d’une cité pour laquelle nous avons tous beaucoup d’ambitions. Cité populaire et rurale, elle doit le rester. Développons des activités à forte valeur ajoutée, génératrices de savoir et de culture et non d’aliénation, en cohérence avec son environnement telles que les promenades à cheval, les randonnées pédestres sur les nombreux chemins à aménager et à protéger, les visites guidées des salines, des champs maraichers ou encore des huitrières…

Sous l’égide de Sa Majesté, vous avez beaucoup fait pour Oualidia. Mais il reste encore beaucoup à faire. Pour stopper le désastre écologique à l’œuvre, vous n’avez pas besoin, M. le Gouverneur d’investissements, ni de moyens techniques ou humains à mobiliser. Une simple décision administrative d’interdiction de ces engins et leur éloignement des plages, dunes et centre bourg constituerait un énorme investissement pour l’avenir écologique de Oualidia. Il ne s’agit pas obligatoirement d’interdire purement et simplement ces engins. Pourquoi ne pas utiliser les espaces caillouteux sur la route de Tnine Gharbia très adaptés pour ces engins tous terrains ?
En vous assurant de ma confiance, recevez, Monsieur le Gouverneur, l’expression de ma considération distinguée. »

Pétition de SOS Oualidia: https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/a-m-le-gouverneur-de-la-province-de-sidi-bennour-stopper-d-urgence-la-destruction-des-dunes-de-oualidia#share

ou

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

Oualidia: une bouteille à la mer (tribune)

Face à la dégradation du patrimoine naturel de Oualidia et de sa région, un autre …

oualidia

Oualidia: alerte sur une mortalité inexpliquée parmi les oiseaux migrateurs

Dans le marécage sud à Oualidia des dizaines d’oiseaux migrateurs se meurent par dizaines. Les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.