Quand le cèdre de l’Atlas fait un ricochet par la Hongrie

Une convention de partenariat portant sur la recherche scientifique dans le secteur forestier, est signé à Meknès, mercredi 19 avril 2017, entre le Maroc et  la Hongrie. Lors de cet événement, le directeur adjoint du centre national de recherche agricole Hongrois M. Norbert Somogyi, a raconté l’histoire du voyage du cèdre de l’Atlas dans la république d’Europe centrale…

 

Les changements climatiques feront-ils du cèdre de l’Atlas une espèce plus Européenne que Nord-Africaine?

 

Mercredi 19 avril 2017, en marge du SIAM à Meknes, le Dr Abdeladim L’Hafi et M. Miklos Eric TROMLER Ambassadeur de la Hongrie ont présidé une cérémonie pour la signature d’une convention de partenariat. Le Centre de Recherche Forestière relevant du le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification et le Centre National de la Recherche Agronomique et de l’Innovation (NAIK) relevant du Ministère hongrois de l’Agriculture, créerons désormais une synergie sur la base d’une plateforme d’échange scientifique.

La convention vise à promouvoir le partage d’expériences entre les deux pays dans les différents domaines suivants:

  • Le renforcement de la résilience des écosystèmes forestiers en vue de leur adaptation aux changements globaux : (Production de plants adaptés à la sécheresse, Amélioration des itinéraires sylvicoles, Amélioration génétique et Santé des forêts…)
  • La valorisation des Biens et services des écosystèmes forestiers : (Promotion de la filière des produits forestiers ligneux et non ligneux, écotourisme, chasse, pêche, apiculture et séquestration de carbone…..)
  • Le développement d’outils de suivi, d’évaluation et de prise de décision pour une gestion durable des ressources forestières et de lutte contre la désertification (évaluation de la vulnérabilité, modèle d’évaluation d’impact des aménagements des bassins versants et Mise au point des indicateurs de suivi de la désertification…)

Cet accord renforce l’engagement du Maroc à consolider ses partenariats avec les pays et le partage des expériences dans la lutte contre les effets de serre. Il est également question de raffermir le rôle de la recherche forestière en tant que moteur de la dynamique de conciliation entre développement économique et équilibre écologique.

Ce cadre de partenariat puise également ses fondements de la proclamation de Marrakech pour l’action en faveur du climat et du développement durable adoptée lors de la COP22, concernant la promotion de la recherche scientifique et le réseautage inter-institutions. L’objectif est l’amélioration des capacités d’adaptation, le renforcement de la résilience et la réduction de la vulnérabilité face aux changements climatiques.