rapaces
Gypaetus barbatus - Gypaète barbu - Bearded Vulture, Jbel Toubkal, 07 mars 2015 (Ali Irizi)

Rapaces: premier pas vers une stratégie nationale de conservation

Le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification et le Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc (GREPOM/BirdLife Maroc) en collaboration avec le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l’UICN (UICN-Med) ont organisé du 19 au 20 avril 2017, un atelier préliminaire pour l’élaboration d’une stratégie de conservation des oiseaux de proie du Maroc.

 

A Rabat s’est tenu du 19 au 20 avril, un atelier préliminaire pour l’élaboration de la stratégie nationale de conservation des rapaces. Coordonné par  l’UICN-Med, cet atelier a été organisé dans le cadre du projet «Élaboration et mise en œuvre de plans d’action d’espèces dans les pays méditerranéens: amélioration de la capacité de gestion pour la conservation d’espèces menacées au Maghreb ».

L’évènement a rassemblé de divers profils en relation avec la thématique des rapaces: des autorités nationales et locales, des Membres des commissions de l’UICN et des membres d’associations locales de conservation de la nature (experts du Groupe des spécialistes de l’UICN, GREPOM/Birdlife Maroc, et du Groupe d’Ornithologie du Maroc (GOMAC)), ainsi que des experts internationaux -représentants de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS)- et des experts de la conservation et de la réintroduction des rapaces du Ministère régional de l’Environnement de l’Andalousie (Espagne).

Les participants ont planché à compléter une feuille de route pour l’élaboration de la première version d’une stratégie de conservation des rapaces du Maroc, alignée au Mémorandum d’Entente sur la conservation des oiseaux de proie migrateurs d’Afrique et d’Eurasie de la CMS et son Plan d’action multi-espèces pour la conservation des vautours d’Afrique-Eurasie.

Après que les participants aient produit une première liste de rapaces concernés par la future stratégie, plusieurs workshops sur les habitats, les menaces et les dans les mesures à entreprendre ont eu pour but de définir quelques actions de conservation concrètes.

Il est à rappeler que Maroc constitue un territoire clé pour les oiseaux de proie car il héberge non seulement un nombre important de ces espèces, mais fait aussi partie de la route migratoire et représente un domaine vital pour de nombreux rapaces. Le territoire du royaume est aussi un lieu d’interaction entre les populations de l’Afrique du nord et celles du sud de l’Europe.

La situation de ces rapaces intéresse actuellement les experts en conservation vu que plusieurs de ces espèces sont des migrateurs particulièrement vulnérables en raison de leurs déplacements annuels, souvent longs et difficiles, entre leurs aires de reproduction et leurs quartiers d’hivernage. Lors de ces mouvements, ces oiseaux sont confrontés à diverses menaces telles que les collisions avec les structures aériennes, l’électrocution sur les lignes électriques, la dégradation et la perte d’habitats, le tir et l’empoisonnement.

Plus de 40 espèces de rapaces ont été observées sur le territoire marocain et plusieurs méritent que des mesures de conservation soient mises en œuvre d’une façon planifiée avec tous les acteurs concernés. Parmi ces espèces figurent le gypaète barbu, ou encore le vautour fauve qui a récemment été sujet à une réintroduction par le HCEFLCD dans la région de Jbel Moussa.

A propos O.A

O.A
Fondateur d'Ecologie.ma, Oussama Abaouss est un journaliste spécialisé dans le patrimoine naturel du Maroc. Membre du Groupe d’Etudes et de Recherches des Écologistes Sahariens (GERES), et du GOMAC (Groupe Ornithologique du Maroc), il est également fondateur de "la tribu des écolos du Maroc".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.