Ibis chauve: 2ème réunion du groupe international de l’AEWA

À Agadir a eu lieu du 25 au 28 septembre la deuxième réunion du groupe de travail international de l’Accord sur la Conservation des Oiseaux d’Eau d’Afrique-Eurasie (AEWA) sur l’ibis chauve.

 

 Le Groupe de travail international de l’AEWA sur l’ibis chauve est chargé d’évaluer les progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action international et d’élaborer les stratégies à venir pour la préservation de cette espèce.

Du 25 au 28 septembre la deuxième réunion du groupe de travail international de l’Accord sur la Conservation des Oiseaux d’Eau d’Afrique-Eurasie (AEWA) sur l’ibis chauve a été organisée en partenariat avec le Haut-commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD).

Cette deuxième réunion a eu pour objectifs de présenter les progrès réalisés concernant la mise en œuvre du plan d’action international pour la conservation de l’Ibis chauve.

Un plan d’action international

Précédemment, un plan d’action a été mis en place pour la sauvegarde de l’Ibis chauve dans toute son aire de répartition en partenariat avec SEO/BirdLife et le Comité International d’Experts pour la Conservation de l’Ibis chauve du Nord (IAGBNI),

 Ce plan a été adopté en vertu de la Résolution 3.12, à la troisième session de la Réunion des Parties à l’AEWA, tenue à Dakar (Sénégal) en octobre 2005, révisé en 2012 à Jazan (Arabie Saoudite) et adopté lors de la MOP6 de l’AEWA, tenue en 2016, à Bonn (Allemagne).

Le petit monde de l’ibis chauve

Ont pris part à cette deuxième réunion des représentants des pays de l’aire de répartition historique de l’espèce (Algérie, Turquie, Ethiopie, Arabie Saoudite) ainsi que des experts nationaux et internationaux, des organisations internationales et le Secrétariat de l’AEWA).

L’événement a été permis de s’enquérir sur l’état d’avancement de la mise en œuvre du plan d’action international ainsi que des questions portant sur les actions prioritaires à entreprendre pour la conservation de l’espèce.  

Le Maroc : dernier rempart pour l’ibis

Au Maroc, un plan d’action national pour la conservation de l’Ibis chauve a été élaboré en 2012 et des actions ont été mises en œuvre, portant notamment sur la surveillance, la recherche, le suivi, la sensibilisation et le développement local.

Actuellement, deux populations, génétiquement distinctes, sont identifiées. La principale population se reproduit sur la côte Atlantique du Sud-Ouest marocain, au niveau de la région de Souss Massa et compte environ 600 individus. Une autre population est maintenue en semi captivité en Turquie.

Un oiseau qui revient de loin

Les efforts de conservation menés par le royaume concernant cette espèce donnent de bons résultats et permettent d’espérer que l’oiseau puisse un jour tenter de reconquérir les espaces qu’il occupait jadis alors qu’elle a frôlé l’extinction totale.

Cependant, l’ibis chauve continue de subir plusieurs menaces telles que la perte de ses zones d’alimentation, les perturbations au niveau des sites de reproduction et l’intoxication et la contamination des sources d’abreuvement par les pesticides.