caracal

Le caracal

 

Le caracal ressemble à un lynx avec ses oreilles pointues ornées d’un pinceau de poils noirs et sa courte queue. Il possède également des marques faciales noires caractéristiques, sur son pelage de couleur fauve.

caracal

Les noblesses indienne et arabe utilisaient le caracal pour la chasse (gazelles, antilopes, lièvres et oiseaux). Le mot « Caracal » vient du turc « Karakal », ce qui signifie « oreilles noires ».

Bien que rare et menacé, le caracal existe encore à l’état sauvage au Maroc.

caracal1

Fabrice Cuzin (spécialistes des mammifères du Maroc) en parle dans sa thèse:

« Le caracal s’approche parfois de l’homme, pour visiter en particulier les milieux de
cultures irriguées. C’est un prédateur très efficace, qui, selon plusieurs informateurs, s’attaque parfois au petit bétail et aux volailles, aussi bien au Maroc (plusieurs informateurs) qu’en Afrique du Nord et au Moyen Orient, avec des cas d’attaques très destructives sur des animaux parqués (Weibstein & Mendelsohn 1990, Heptner & Sludskii 1992, Dragesco-Joffé 1993). 

L’espèce est protégée par la loi, mais cette protection est peu appliquée, plusieurs
animaux ayant été tués par des chasseurs après 1959. La dégradation des milieux peut contribuer à la régression de l’espèce, par destruction du couvert végétal, et diminution de la biomasse des proies. Etant donné la raréfaction du chacal doré, les phénomènes de compétition avec cette espèce (Weibstein & Mendelsohn 1990) auraient pu avoir un effet favorable sur le caracal, si les effectifs de ce dernier ne s’étaient effondrés.

La densité de l’espèce est manifestement extrêmement faible, et il est très probable que l‘espèce ait totalement disparu de nombreuses régions.

En 1996, l’espèce était considérée au niveau national comme en danger « Endangered », à « Data deficient », vu la rareté des données (Cuzin 1996).

Afin d’assurer la conservation de l’espèce, il serait indispensable que la loi concernant sa protection soit effectivement appliquée, en particulier en matière de destructions dans les réserves de chasse. »

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

Région de Guelmim: Harmush sur les traces du caracal (podcast)

Très discret, le caracal fait partie des espèces les plus difficiles à observer. Thomas Lahlafi …

gelada

Theropithecus oswaldi: l’autre primate marocain

Au Maroc, seules vivent deux espèces de primates: l’Homme, et le macaque de barbarie. Cependant, …

Un commentaire

  1. Avatar
    El Oualidi Jalal

    ça serait une honte de laisser s'éteindre une telle merveille au Maroc (idem pour les autres félins): c'est bien ces espèces qui font notre richesse naturelle et donnent à notre patrimoine une garantie pour l'avenir. Si on ne réussie pas de tels programmes, on ne peut pas prétendre faire partie des pays ayant une stratégie de conservation…

    NB: il ne faut pas perdre d'esprit que ces espèces sont mieux adaptées à l'environnement de notre Maroc, que les marocains eux même…elles ont donc bien le droit d'y rester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.