Myotis zenatius: nouvelle chauve-souris décrite au Maghreb

Une équipe internationale de chercheurs a découvert une nouvelle espèce de chauves-souris dans des zones boisées d’Europe et une autre, « très rare », dans des grottes d’Afrique du Nord, a annoncé, hier 19 février, le principal organisme public de recherche d’Espagne.

La même étude a permis de décrire en Afrique du Nord une espèce nouvelle pour la science, Myotis zenatius, « extrêmement rare et vulnérable » : on ne connaît ces chauves-souris que « dans quelques grottes qui les abritent, dans les montagnes du Maghreb, au Maroc et en Algérie », a souligné le CSIC.

« Il est possible qu’elle mérite d’être déjà incluse sur la liste des espèces en danger d’extinction », ont insisté les chercheurs.

Contacté par nos soins, un spécialiste marocain des chiroptères confirme l’intérêt de la découverte, mais se pose une question bien édifiante:

« Comment se fait il qu’il n’y ait aucune partie marocaine dans la découverte? Si tout avait été fait en respectant les procédures en vigueur ces chercheurs auraient dû travailler en collaboration avec leurs pairs marocains. Ce qui n’est pas le cas ici. »

Mise à jour du 22 février 2019

Ecologie.ma a reçu hier un éclairage de la part de l’équipe derrière la découverte. Selon la note, le travail concernant l’espèce nord africaine s’est fait en se basant de spécimens existant dans divers muséums. L’équipe précise que le projet souhaitait intégrer une chercheuse marocaine de l’université de Tétouan dans son projet mais qu’il n’y a pas eu d’entente définitive. Autre précision, les chercheurs confient que pour le travail sur le terrain au Maroc, le partenaire sur place est une association spéléologique « qui s’est chargée des autorisations »

Extraits de la note parvenue hier:

Soulignons que l’article susmentionné ne révèle en fait aucune nouvelle espèce. Il ne le nomme officiellement que selon le code de nomenclature taxonomique. En fait, l’espèce était connue depuis presque 20 ans et avait été publiée il y a 10 ans. Depuis lors, il a été cité comme Myotis sp B dans des articles successifs dans des revues scientifiques, notamment marocaines (Dieuleveut et al., 2010). Avec cette information, tout chercheur aurait pu la décrire étant donné que sa localisation et ses séquences moléculaires étaient connues et publiques. Ainsi, ce dernier article ne vient que pour combler cette lacune.

-La description a été faite avec les séquences moléculaires et le matériel de collection recueillis il y a presque 20 ans, avec l’autorisation des autorités compétentes et en collaboration avec des associations locales, telles que la Société Spéléologique d’Agadir, qui, en plus de connaître parfaitement les grottes, s’est occupée de l’organisation et la logistique, y compris les autorisations.

Enfin, et tenant compte du fait que l’espèce maintenant reconnue pourrait être sérieusement menacée, l’équipe se dit disposée de collaborer avec toute initiative marocaine visant à sa protection.

 

🦇

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

L’oreillard d’Hemprich: le cauchemar des scorpions

Non, ce n’est pas un Gremlins, mais un oreillard d’Hemprich (Otonycteris hemprichii). C’est une chauve-souris …

alimentation dinosaure

Découverte d’un fossile originaire du Maroc du plus grand abelisaure au monde

  Un os fossilisé non identifié d’un musée a révélé la taille d’un redoutable abelisaure …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.