L’oreillard d’Hemprich: le cauchemar des scorpions

Non, ce n’est pas un Gremlins, mais un oreillard d’Hemprich (Otonycteris hemprichii). C’est une chauve-souris de taille moyenne, à très longues oreilles caractéristiques qui vit… au Maroc!

L’oreillard d’Hemprich est une espèce toute belle avec ses couleurs claires, peu habituelle pour une chauve souris. Elle a une face dorsale et une face ventrale très claires (chamois presque blanc). Son ventre est souvent blanc sale. Ses oreilles et membranes alaires sont brun pâle. Elle a deux incisives supérieures mais rassurez vous, ce n’est pas un vampire pour autant!

L'oreillard d'Hemprich
L’oreillard d’Hemprich

L’écologie de cette espèce est mal connue. Elle s’abrite durant le jour dans des fentes de rochers, ou dans des habitations. Les pesticides font partie des menaces qui pèsent sur sa survie, surtout dans certaines parties de son aire de distribution.

Généralement rare, avec une répartition dispersée, ces mammifères volant vivent principalement isolés,sous formes de colonies féminines pouvant atteindre jusqu’à 18 individus.

L’oreillard d’Hemprich vit et se reproduit dans les habitats désertiques et semi-désertiques de la région paléarctique. Ses habitats sont peu végétalisés et rocheux.

C’est une espèce qui semble bien adaptée aux climats arides. Elle vit dans les fissures de roche ou dans les constructions humaines...

Au Maroc:

« Otonycteris hemprichii a été découvert au Maroc par des restes osseux trouvés dans des pelotes de rejection de Bubo ascalaphus dans les environs de Ouarzazate et dans le Tafilalt (Aulagnier & Mein 1985, Aulagnier & Thévenot 1986).

Récemment, Benda et al. (2004) ont porté à quatre le nombre de localités marocaines pour cette espèce après avoir capturé plusieurs individus dans ces mêmes régions.

Les prospections ont permis d’obtenir cinq nouvelles localités. Ces localités sont situées au sud-est de la chaîne atlasique et font le lien entre les données marocaines précédentes (Benda et al. 2004) et les observations mentionnées par Kowalski & RzebikKowalska (1991) en Algérie. »

Ailleurs dans le monde:

L’oreillard d’Hemprich est une espèce saharo-sindienne. On la trouve:
Maroc : Ouarzazate, Tafilalet (Aulagnier & Mein 1985).
Algérie : Ouargla (Dobson 1880), Gara Krima (Koenig 1896), El Goléa (Heim de Balsac 1937), Djanet (Heim de Balsac 1965).
Tunisie : Redeyeff (Deleuil 1957), El Hamma du Djérid (Laurent 1939).
Libye : Giarabub ; Fezzan (Bahr el Toubat) (Zavattari 1937).
Egypte : côte méditerannéenne, delta et vallée du Nil, déserts oriental et occidental (Gaisler & al. 1972).
Niger : Aïr (Tin Telloust) (Fairon 1980).
Soudan : Wadi Halfa (Kock 1969).

Friand de scorpions

L’oreillard d’Hemprich est un très bon prédateur. insectes, solifuges et parfois même des petits lézards font ses repas. Ils sont néanmoins très friands de scorpions qui ne semblent aucunement les dissuader avec leurs piqures. Quelque soit le degrés de dangerosité de son venin, un scorpion qui voit venir un oreillard d’Hemprich n’a qu’à chercher où se cacher. Pour les scorpions, l’oreillard est le pire cauchemar!

PHOTO : rhamphotheca.tumblr.com
Bulletin de l’Institut Scientifique, Rabat, section Sciences de la Vie, 2010, n° 32 (1), 33-40
http://www.iucnredlist.org/details/15663/0
http://scienceblogs.com/tetrapodzoology/2011/03/28/desert-long-eared-bats/