Parc national d’El Hoceima

Créé en octobre 2004 sur une superficie de 48.460 ha dont 19.000 ha en zone marine, le parc national d’Al Hoceima est la plus importante aire protégée de la côte méditerranéenne du Maroc.

 

Le parc national d’Al Hoceima englobe un ensemble de milieux de grande valeur biologique. Les traits dominants de ce parc national sont la présence d’une portion de côte rocheuse sauvage, peu exploitée à travers l’histoire. Les massifs calcaires qui constituent cette portion du littoral plongent dans la mer sous forme de falaises très hautes, constituant un paysage naturel grandiose.

Situation:

Le parc national d’Al Hoceima est situé à l’Est du détroit de Gibraltar , il est réparti en deux zones :
– Une zone dite du parc de 285 km2et une aire centrale marine de 23 km ce qui représente 308 km2 environ,
– et une zone périphérique de 461 km2.
Le tout représente approximativement 769 km2.

Géologie:

La partie terrestre est difficilement exploitable, des culture parsemées, quelquefois de la culture de la vigne en coteaux à l’abandon de nos jours des cultures d’orge à rendement faible etc. Le calcaire est la matière dominante avec des marnes et des argiles schisteuses. La façade maritime regroupe des falaises calcaires avec des schistes et des marnes. L’érosion est très marquée fait qui est lié à la diminution de la végétation. Du nord au sud on note trois sous bassins versants alignés : oued Beni Boufrah, oued El Anser (oued S’nada), Oued Tarmast. Cinq centres sont prévus dans ce centre :

– Cala-Iris qui est la limite ouest du parc national,

– Bades à Bekassem y incluant Torres,

– Adouz à Tikkit,

– De Tikkit à Boussekour

– Boussekour à Lalla Mimouna (Kimmat).

Biodiversité:

La richesse animale du Parc National d’Al Hoceima se traduit par l’existence d’une importante colonie de Balbuzard Pêcheur, espèce d’oiseau menacée d’extinction à l’échelle de la méditerranée et par la présence de trois espèces de dauphins: le dauphin commun, le dauphin bleu et blanc et le grand dauphin. Les grottes existant au niveau de ce parc constituent occasionnellement l’abri du phoque moine disparu de la zone et menacé d’extinction à l’échelle internationale.

110 espèces végétales ont été relevées sur le site du parc national. Parmi l’ensemble de ces espèces on distingue 10 espèces ligneuses importantes, à savoir: le Thuya, le Pin d’Alep, le Lentisque, l’Oléastre, le Caroubier, le Chêne kermès, le Chêne vert, le Palmier nain et le Jujubier. Malgré leur état résiduel dans l’ensemble, les formations végétales du site individualisent des habitats naturels forts intéressants pour la faune.

Les poissons :
– La présence du Mérou de taille variable et surtout en eaux peu profondes , trouvent des biotopes favorables à leur reproduction.
– Le phoque moine en voie nette de disparition , sinon disparu.
– Les Dauphins : 3 espèces : fait important pour ce parc.
Le Delphinus dephis , le grand dauphin : Tursiops trunccatuis et le dauphin bleu et blanc Stenella coemleoalba.
– Tortues marine : Caretta caretta observée par les corailleur et la Tortue luth.

 

Source: HCEFLCD
Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

green list

Aires protégées: les PN de Toubkal et d’Ifrane soumis à la liste verte de l’UICN

À Sharm El-Sheikh en Égypte ce 24 novembre, l’Union internationale pour la conservation de la nature …

Barcelone: journalistes et experts discutent des priorités environnementales de la méditerranée

Au siège de l’Union pour la Méditerranée (UpM) à Barcelone, plus de 50 journalistes de …

Un commentaire

  1. Avatar

    Bni boufrah est bladi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.