serval

Un serval observé dans le Moyen Atlas

Des agents des eaux et forets, ont observé le 22 février courant un SERVAL prés d’un lac temporaire dans le Moyen Atlas.

A force de voir que l’environnement et sa biodiversité au Maroc sont mal-aimés et malmenés par la plupart, on finit par perdre espoir et par commencer à se résigner que tout est parti en fumé. Et pourtant…

Cette biodiversité que les experts et rapports en tous genres décrivent depuis des décennies déjà comme au bord de la destruction totale, comme étant fragile menacée de tous les maux et de tout les fléaux, finie par passer pour un genre de malade condamné à mourir.elle est encore là, mais elle est en phase terminale.

Oui, ils sont encore la, ces derniers représentants des espèces animales sauvages marocaines en tout genres. Comme de vieux êtres qui ont été témoins de la disparition de leurs paires un à un jusqu’à se demander se que eux  faisaient encore sur terre.ces derniers individus d’animaux qui « subsisteraient » encore sont devenu des bizarreries qu’on est surpris de voir encore sur pattes.

Après qu’ils furent jadis maîtres des lieux, ils sont devenus ces intrus qui se cachent pour mourir.

Condamnés à être ignorés quand ils ne sont pas persécutés, ces animaux sauvages remarquables sont pourtant si précieux… si précieux… et pourtant aucune valeur ne leurs est reconnus. Hélas.

Ces derniers léopards, guépards, hyènes, zorilles, ratels, gazelles et j’en passe, sont la branche sur laquelle les humains sont assis et… qu’ils sont en train de scier. Par ignorance, par faux calculs, par négligence, par méchanceté, pour quelques dirhams en plus.

Aujourd’hui plus que jamais, c’est la dernière chance de faire quelques choses. Comment ? Je vous laisse décider, qui que vous soyez. Dans 30 ans, si on ne fait les bons choix et qu’on y met tous du nôtre ils seront peut-être encore la. Sinon… on n’en gardera que le souvenir, et le regret.

Tout ça pour vous dire que des agents des eaux et forets, ont observé le 22 février courant un SERVAL prés d’un lac temporaire dans le moyen Atlas.

Encore un revenant à qui je souhaite une longue vie et beaucoup de petits. Encore faut il que les humains les laissent tranquilles.

 

ser

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

A propos O.A

O.A
Founder of Ecologie.ma, Oussama Abaouss is a journalist specialized in the Natural Heritage of Morocco, a teacher of Environmental and Scientific Journalism at ILCS in Rabat, founder of the "tribe of Moroccan ecologists" and a member of the Moroccan Ornithological Group.

Voir aussi

forestiers

Cédraie et forestiers: rien ne va plus!

Face à une transition administrative qui s’éternise et une direction tricéphale, les forestiers du Royaume …

Merzouga: chat des sables observé et photographié pour la première fois depuis 23 ans

Après plus que 23 ans d’absence dans la région, l’élusif chat des sables fait son …

6 commentaires

  1. Avatar

    Cet animal a sa place sur terre, comme tous les autres …

  2. Avatar

    Ca ressemble un peu à un chat, donc ça me plaît beaucoup….

  3. Avatar

    Qu'il est beau!

  4. Avatar

    Quelle région exactement ? si c pas un secret d'état , je suis interessé vu que je suis photographe animalier . Merci d'avance

  5. Avatar

    Bonsoir à tous;

    je tiens à vous informer que moi même j'ai observé un Serval adulte en Mars 2009, traversant une piste forestière pendant mon déplacement par véhicule tout-terrain, dans une forêt du plateau central (sans décrire les lieux ainsi que l'endroit de la découverte, à savoir que cette espèce est erratique): on l'appelait en tamazight dans notre région : 'TASEGHDA'.

    C'était un grand portrait ornée de cette espèce rare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.