CIJ

CIJ: le juge marocain « pour » le maintien du massacre de baleines

La CIJ (cour internationale de Justice) organe judiciaire de l’ONU a jugé hier que le Japon a violé la convention internationale en chassant les baleines sous couvert de recherche scientifique.

baleines-japon_559646
Une baleine tuée lors d’une chasse au Japon. Illustration.
REUTERS/Toru Hanai

 

CIJ: Saisie en 2010 par l’Australie, qui accusait le Japon de pratiquer une chasse à l’échelle commerciale sous couvert d’un programme de recherche scientifique, la Cour internationale de justice (CIJ) a finalement donné raison au plaignant et ordonné l’arrêt de la chasse à la baleine dans l’océan Antarctique par les Japonais. La décision de la plus haute instance de l’ONU est sans appel : 12 voix pour contre 4.

La communauté et militants écologistes du monde entier se réjouissent de cette bonne nouvelle, y compris au Maroc qui –il faut le préciser- est un pays dont les eaux maritimes constituent une voie migratoire de plusieurs espèces remarquables de baleines et de mammifères marins.

L’organisation Sea Sheperd qui a toujours été au front contre les baleiniers japonais un peu partout dans les mers et océans du globe peut se féliciter de cette décision, même si elle vient bien tard, puisqu’elle permet de faire triompher le droit et la protection de ces magnifiques créatures en voie de disparition contre la politique du fait accompli et des massacres maquillés en recherche scientifiques.

Sur un article du site lemonde.fr on peu notamment lire : « Selon l’Australie, le Japon a chassé plus de dix mille baleines entre 1987 et 2009, principalement des petits rorquals, ou baleines de Minke. Les militants de l’association Sea Shepherd — qui harcèlent les baleiniers japonais dans l’Antarctique pour les empêcher de chasser, une pratique pouvant mener à des affrontements musclés — suivent de très près les débats devant la CIJ.

En avril 2013, le Japon avait indiqué que le nombre de baleines chassées dans l’Antarctique lors de la campagne 2012-2013 était au plus bas en raison du harcèlement permanent des écologistes. De plus, les Japonais semblent perdre goût à la viande de baleine. Selon l’Institut nippon de recherche sur les cétacés, une structure semi-publique qui supervise les missions de pêche, 908,8 sur les 1 211 tonnes de chair issues de la campagne du pays l’an dernier n’ont ainsi pas trouvé preneurs, soit presque 75 % des stocks. »

Fait surprenant : le Maroc, par la voie du juge Bennouna -Spécialiste en l’occurrence de ce qu’on peut appeler les «conflits territoriaux», terrestres ou maritimes, puisqu’il fut membre de la Conférence des Nations unies sur le droit de la mer -, fait partie des trois pays ( avec la France et la Somalie) qui se sont solidarisé avec le Japon contre les douze autres pays qui ont dit Stop au massacre…

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

deux jeunes sauveurs

Tanger : deux jeunes sauvent un grand dauphin échoué

Tanger: la vidéo a été publiée le 8 Août. Deux jeunes y tentent de sauver un …

orque

Observation d’orque à la plage d’Agadir (vidéo)

Dimanche les estivants de la plage d’Agadir ont observé (et filmé) une orque nomade longeant la …

3 commentaires

  1. En tant que marocain, je suis personnellement indigné par la prise de position du Juge marocain Benouna qui a soutenu avec la France et la Sommalie le massacre des baleines par les Japonais. Je rends un grand hommage à la Coure International de Justice qui a condamné le Japon et l'a sommé à stopper. Quel honte Mr Benouna.

  2. Quelle position doit prendre l'Australie en ce qui concerne le dossier du Sahara, en réaction à cette prise de position de Mr Bennouna. Soit c'est sa décision personnelle, soit il a reçu des instructions du Ministère des Affaires Etrangères. et là…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.