Région d’Agadir: un porc épic écrasé par une voiture

Un lecteur d’Ecologie.ma nous a relayés la photo ci-dessous. Ce matin à 45 Km d’Agadir, il s’est arrêté sur la route pour photographier ce porc-épic écrasé par le trafic.

 

Le porc-épic qu’on trouve au Maroc porte le nom latin d’Hystrix cristata. Il s’agit d’une espèce présente seulement dans la moitié nord de l’Afrique, ainsi que dans la partie méridionale de l’Italie. Ce gros rongeur est très discret, car essentiellement nocturne. Surtout végétarien, il se nourrit en grande partie en déterrant des racines.

 

porcepique écrasé
Photo: Merzouk Jamal

 

 F. Cuzin spécialiste des grands mammifères du Maroc, écrit dans sa thèse doctorale 2003:

« Le porc-épic est chassé pour sa chair, généralement au gîte (Monteil 1951). C’est une espèce très recherchée en médecine traditionnelle et en magie, comme en attestent les dépouilles fréquemment observées dans les étals des » ‘attarin »: les pattes sont utilisées comme talisman, ou pour soigner diverses affections, en particulier les maladies des seins; les piquants sont utilisés dans diverses fumigations destinées à des exorcismes, pour stimuler la lactation, ainsi que dans des remèdes contre les ophtalmies (Bellakhdar 1997). Dans la région de Tan Tan et Guelmim, les parties génitales externes de la femelle sont utilisées pour résoudre des problèmes de stérilité féminine, la valeur marchande d’un animal étant de l’ordre de 1000 Dh en 1998 (M. Ennah, comm. pers.). L’espèce est protégée par la loi, mais cette protection est particulièrement peu appliquée, étant donnée la facilité d’achat de partie d’animaux.La dégradation des milieux a enfin également très probablement contribué à la régression de l’espèce. Il est probable que toute diminution de la biomasse végétale entraîne une diminution de la densité de l’espèce. Afin d’assurer la conservation de l’espèce, il serait donc indispensable que la loi concernant sa protection soit effectivement appliquée. S’il semble difficile d’empêcher les prélèvements sur le terrain, une bonne part de la commercialisation pourrait aisément être prohibée, au niveau des points de vente, qui ne sont absolument pas cachés. Une sensibilisation des agents de terrain des Eaux et Forêts à la détection de cette espèce discrète permettrait d’améliorer les données au niveau quantitatif et qualitatif. La mise en oeuvre d’aires protégées, en particulier du Parc National du Bas Draa, est un facteur crucial pour le maintien de l’espèce. L’espèce devra cependant y faire l’objet d’une protection spécifique, car son habitat, situé sur les sommets montagneux, est peu accessible. Enfin, pour une espèce globalement si peu connue, la collecte de données biologiques et le lancement de programmes de recherche permettraient de mieux suivre l’évolution des effectifs, et de cadrer les mesures de gestion. »

 

Plus d’info sur le porc épic? cliquez ici

Ecologie.ma vous est offert par Maroc Ecologie: votre référence pour les formations, communications et conseils dans les domaines de l'Environnement eu du Patrimoine Naturel.

Voir aussi

dinosaures météorites

Agadir : « Météorites et extinctions des dinosaures » en débat

Le Musée Universitaire de Météorites fête en mai 2018 son 2ème anniversaire. Pour marquer ce …

gelada

Theropithecus oswaldi: l’autre primate marocain

Au Maroc, seules vivent deux espèces de primates: l’Homme, et le macaque de barbarie. Cependant, …

5 commentaires

  1. Avatar

    serait il possible que de part le monde , on respecte ENFIN les animaux !!!! je freine pour un chat , un oiseau etccc

  2. Avatar

    Ahem…. porc-epic ^^

    J'ignorais qu'il y en avait au Maroc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.