Larache: capture accidentelle d’un requin pèlerin de 8M

Larache: un bateau de la pêche côtière a capturé un grand individu de requin pèlerin. Selon le site Hespress, le squale pèserait dans les 4 tonnes pour une longueur de 8 mètres.

 

Le site avance la théorie d’un « spécialiste » selon laquelle le requin pèlerin se serait « égaré » en précisant que les Marocains n’avaient pas l’habitude de consommer ce poisson.

Le requin que les biologistes de l’institut national de la pêche maritime dépêchés depuis Tanger, ont identifié comme étant une femelle, a été selon les procédures sanitaires en vigueur, déplacée pour être proprement enterré.

Le requin pèlerin est un poisson cartilagineux, seul membre non fossile du genre Cetorhinus et seule espèce actuelle de la famille des Cetorhinidae. Pouvant atteindre 12 mètres de long, pour une longueur moyenne de 10 mètres, ce requin est considéré comme le second plus grand poisson vivant actuellement sur Terre après le requin-baleine.

De par leur régime alimentaire planctonivore, les Pèlerins sont inoffensifs pour l’homme. Leur comportement n’est pas agressif et ils n’attaquent pas les plongeurs et les bateaux. Cependant, du fait de leur taille, ils ont une force énorme et peuvent blesser un plongeur dans un mouvement de fuite ou de défense. De plus, leur peau couverte de denticules est abrasive comme du papier de verre.

Le requin pèlerin : une espèce menacée

La plus grande menace actuelle pour ce requin est la pêche intensive des pays asiatiques. Néanmoins, hors de l’Asie, les activités de pêche (lorsqu’un Pèlerin s’emmêle dans un filet maillant, il y meurt ou est tué par le pêcheur) et les collisions avec les bateaux sont les facteurs qui menacent le plus les populations de Pèlerins.

En effet, en raison de sa croissance lente, sa longue période de gestation et sa maturité sexuelle tardive, le requin pèlerin se montre incapable d’absorber les pertes occasionnées lors du xxe siècle et présente une faible diversité génétique. Il est ainsi considéré par les scientifiques comme une espèce en voie de disparition. Pour cette raison, le requin pèlerin est inscrit comme « vulnérable » sur la Liste Rouge de l’UICN (Union mondiale pour la nature), en annexe II de la CITES ainsi que dans plusieurs conventions internationales telles que la convention OSPAR pour la protection du milieu marin de l’Atlantique Nord-Est ou la convention de Bonn sur la conservation des espèces.

 

PH:Hespress

 

Maroc Écologie

GRATUIT
VOIR